.:.Chronique.:.

Pochette

Kraftwerk

Minimum-Maximum

[EMI::2005]

Kraftwerk, même encore aujourd'hui, reste un mythe. Et quand bien même il déçoit, le groupe allemand suscite toujours autant d'intérêt pour tout accro de musique électronique. Tour De France (2003) n'était certes pas d'un grand cru mais il célébrait le retour d'une formation qui avait quasiment disparu de la circulation. Malgré tout une tournée s'en est suivi, une chance inouïe pour toute une génération de voir enfin le groupe de Düsseldorf en "chair et en os". Etant donné la rareté des apparitions de Kraftwerk cela s'annonçait comme un véritable évènnement. Pour que la boucle soit définitivement bouclée un effort compilatoire des meilleurs passages de la tournée est réunie sur ce double album au titre on ne peut plus kraftwerkien. Et comme un bonheur n'arrive jamais seul un double dvd sort en même temps. Chose presque révolutionnaire puisque Kraftwerk s'était toujours refusé à ce que l'on prenne la moindre photo lors de ses concerts. Les allemands se dévoilent donc comme jamais auparavant ou sinon depuis longtemps.

Présenté comme un groupe innovant en son temps il faudra bien se rendre à l'évidence qu'aujourd'hui Kraftwerk n'évolue plus tellement et que ce disque live en est la triste révélation. Le groupe, techniquement au point, reprend l'essentiel de ses gros tubes de Tour de France en passant par Radio-Activity, Trans-Europe Express, The Model ou Autobahn. Les hommes machine sont en fait fidèles à eux mêmes et si ils utilisent tout un arsenal d'équipement moderne et offrent un lifting à leur compositions on a cette impression que finalement rien ne change vraiment. Du coup un live de Kraftwerk sur disque n'offre que peu d'intérêt sinon un effort nostalgique. Le mieux est de se rabbattre définitivement sur le dvd qui a au moins ce mérite de donner toute la mesure d'un concert des allemands. Visuellement Kraftwerk est toujours aussi intéressant. Les quatres hommes derrière leurs pupitres sont assez statiques, Florian Schneider étant le seul à déssérer les machoirs pour faire entendre sa voix, mais le déferlement d'animations vidéos retracent assez bien l'univers synthétique des allemands. Kraftwerk n'a certainement plus grand chose à apporter à la cause électronique mais sont encore très loin de se rendre ridicules. Minimum-Maximum est sans doute un disque anecdotique mais pas plus honteux que n'importe quel autre live. Kraftwerk est tel qu'on le connait et c'est déjà essentiel.

note : 6

par Fabien, chronique publiée le 08-05-2006

A voir également :

http://www.kraftwerk.com

.:.L'avis des autres rédacteurs.:.

Jeff : avis du rédacteur

?>