.:.Chronique.:.

Pochette

Chauveau, Sylvain & Ensemble Nocturne

Down To The Bone - An Acoustic Tribute To Depeche Mode

[Les Disques Du Soleil Et De L'Acier::2005]

|01 Stripped|02 The Things You Said|03 Home|04 Policy Of Truth|05 Death's Door|06 (Enjoy) The Silence|07 In Your Room|08 Blaphemous Rumours|09 Freelove|10 Never Let Me Down Again|11 Enjoy The Silence|



Lorsqu'on en était encore à se moquer des Depeche Mode à l'aube des années 80 rares étaient ceux qui auraient pu prédire tout le chemin parcouru par les garçons coiffeurs de Basildon. Alors que le départ de Vince Clarke (parti créer Yazoo qui comporta Alison Moyet et finira par se noyer dans une indifférence quasi générale avec Erasure) aurait du être fatal au groupe celui-ci décida de continuer et révéla au grand jour les talents de compositeurs de Martin L.Gore. Si Depeche Mode est une véritable entité ou chacun aura eu son mot à dire, le groupe est fortement symbolisé par les écrits de Gore au point qu'Alan Wilder parte pour se consacrer à son projet (Recoil), que Dave Gahan sorte son propre album solo et que le très effacé Andy Fletcher ne monte son label (Toast Hawaii) et ne produise des groupe comme Client. Quoiqu'il en soit Depeche Mode aura traversé plus de deux décénnies sans avoir eu à se trahir et sans perdre la moindre once de modernité. Ce disque ne pouvait donc être que le fait d'un fan. Et Sylvain Chauveau en est un de longue date. Cependant l'exercice du tribute accuse rapidement ses limites. Souvent maladroitement on croit rendre hommage au groupe que l'on aime mais la plupart du temps il aurait mieux valu que l'on s'abstienne. Sylvain Chauveau réalise cependant un véritable tour de force. En évitant la caricature, la redite sans intérêt et la reprise impersonnelle, il produit un album qui permet de se projeter dans les chansons de Depeche Mode sous un autre angle. Epaulé par l'Ensemble Nocturne Chauveau fait comme si ces compositions étaient enregistrées pour la première fois. Il ne se sert que de l'ossature c'est-à-dire la mélodie et les paroles et recrée tout derrière. Comme si Martin Gore avait écrit expréssement les morceaux pour lui.

Adepte de la politique de l'épure, Sylvain Chauveau a dépouillé tous les morceaux de leurs habillages synthétiques. En se les ré-appropriant il leur donne une nouvelle texture et des arrangements neufs qui feraient presque oublier les versions originales. Bien que ce ne soit pas la première fois qu'on reprenne les titres de Depeche Mode de manière acoustique, il faut quand même avouer que Sylvain Chauveau et ses acolytes ont frappé fort. En prenant le parti d'évoluer dans des sphères qui évoquent inévitablement David Sylvian (d'ailleurs, à ce propos, si vous naviguez un petit peu sur le net vous verrez que je ne suis pas le seul à penser cela) notre homme prend le risque de s'éloigner de l'univers si particulier de Gore et de ses camarades pour donner aux compositions Modiennes une nouvelle dimension. Il n'y aura cependant pas de quoi crier à l'hérésie. Ces versions sont d'une grande luminosité et sont sans doute ce qui a été fait de mieux en matière de tribute, toutes catégories confondues. On sent bien que Sylvain Chauveau n'a pas pris la chose à la légère et que cet album est le fruit d'un travail patient et minutieux. On devine un énorme respect de la part du Français pour l'oeuvre des Britanniques et la meilleure forme de respect n'est pas, justement, de la recracher avec un enrobage sonore hésitant et poisseux. Non, le meilleur hommage qui puisse se faire était bien de donner une forme inédite à tout cela. Décidemment Depeche Mode a le meilleur fan du monde.

note : 9

par Fabien, chronique publiée le 05-05-2006

A voir également :

http://www.sylvainchauveau.net

http://www.dsa.wave.com

?>