.:.Chronique.:.

Pochette

Next Life

Electric Violence

[Cock Rock Disco::2006]

|01 More Than One|02 The Mirror|03 A Cursed Flower|04 Blue Stone|05 Under Water|06 Transparent Stone|07 The Office|08 Eaten|09 Vanished|10 Circle And Star|11 Red Stone|12 Storm|13 The Way Out|14 The Dungeon|

Formé en 1999 par Hai Nguyen et Tormod Christensen, Next Life est le nouvel arrivant chez les secoués de Cock Rock Disco. Qualifiée de "Gameboy Deathmetal" la musique du duo norvégien est l'une des plus accessibles que le label de Jason Forrest ait eu à proposer jusqu'ici. Entendons-nous bien, Next Life possède suffisamment de folie sonore pour que cela puisse choquer profondément n'importe quel auditeur de RFM mais Electric Violence est bien le disque le plus abordable sorti par cette structure. Pourtant, baser un concept musical sur le deathmetal n'avait rien de proprement emballant. Au pire on se serait attendu à quelque chose de lourd, épais et manquant singulièrement de finesse et d'humour. C'est tout le contraire qui se produit ici. Certes la musique de Next Life n'est pas tout en rondeur. On fait dans le gras, le rentre-dedans sans calcul mais avec ce côté désuet, presque puéril d'une rythmique mécanique et d'une utilisation électronique qui évoque largement ces jeux vidéos qui ont rempli les poches de millions de gamins d'ici et d'ailleurs. Gameboy Deathmetal donc. Fallait y penser.

De cet univers un peu fantasmagorique, on a l'impression que les deux membres de Next Life ne sont pas encore sortis de l'adolescence. Deux sales gamins qui s'amusent à maltraiter leurs machines essayant de les pousser à leur paroxysme et d'aller plus loin dans la démesure. Entre brutalité métallique et vaste blague électronique, on a de la peine à croire que Next Life soit un tant soit peu sérieux. Et heureusement d'ailleurs sinon nous aurions eu droit à un disque complétement ronflant et pompeux. Electric Violence est donc un disque à prendre au deuxième degré. S'il n'est pas complétement innocent et que ses effets sont biens calculés, ce disque n'est fait que pour le fun et la déraison. Et comme les blagues les meilleures sont les plus courtes, Electric Violence a su être suffisamment bref (un peu plus de 27 minutes) pour ne pas avoir à regretter l'écoute de ce disque, ce qui le rend efficace.

note : 7

par Fabien, chronique publiée le 30-03-2006

A voir également :

http://www.electricdungeon.org

http://www.cockrockdisco.com

?>