.:.Chronique.:.

Pochette

Brokesch, Susanne

Emerald Stars

[Chicks On Speed Records/Nocturne::2006]

|01 The Emerald Stars In The Sky|02 The Art Of Missing The Bus|03 Like A Hologram|04 The Missing Records Are Private|05 Heroes (History Remix)|06 Der Soldat|07 Nachtzauber|08 Stille Liebe|09 Nahtzauber (Fantasie)|10 Das Ständchen|11 Verschwiegene Liebe|12 To Go Back|13 The Emerald Stars In The Sky (Reprise)|

Autrichienne vivant à New York, Susanne Brokesch change de crémerie pour sortir son troisième album. Exit donc Disko B et bonjour Chicks On Speed Records. Réputée pour ses pièces ambiantes, Susanne Brokesch lorgne désormais vers des formats plus conventionnels. Pour autant elle n'abandonne pas les ambiances vaporeuses mais elle s'attèle à donner à ses compositions des contours plus "pop". Il faut bien mettre des guillemets à pop car la jeune femme est encore assez loin de tremper dans un univers léger dont le but avoué est de ratisser large avec des couplets-refrains faciles à retenir. Si la pop est un vaste fourre-tout, Susanne Brokesch lui offre un visage assez éloigné de l'idée qu'on s'en fait. Pour preuve cette reprise glauque, mécanique et presque martial du Heroes de David Bowie où l'Autrichienne l'interprète d'une manière aussi empruntée que désenchantée. En ce sens on serait plus proche d'une sorte de cold-wave, une pop réfrigérée qui, au premier abord, navigue entre une évolution spatiale et une expérimentation complexe voire noisy (The Missing Records Are Private). Ainsi on n'entre pas la bouche en coeur dans ce disque qui révèle un esthétisme sonore aussi beau que mystérieux.

Melting-pot entre ses propres compositions, une série de cinq morceaux du compositeur autrichien Hugo Wolf (1860-1903) réécris par Brokesch et, donc, cette reprise de Bowie, la jeune femme a réussi à garder une certaine unité dans son disque. Il n'y a pas de coupures, de différences notables entre les morceaux comme si un lien arrivait à les attacher les uns aux autres. Emerald Stars est comme un rêve éveillé ou tout semble irréel tant on a l'impression que Brokesch vient d'une autre planète. La nonchalance avoué de ce disque est sans doute sa marque de fabrique. Sans elle les morceaux perdraient sans doute tout leur intérêt. Brokesch évolue donc et ne cède pas à la facilité qui aurait été de rester dans la sphère ambient qui est certes intéressante mais qui tourne cruellement en rond. Petit joyau lunaire cet album permet donc à l'Autrichienne de ne pas végéter dans un genre où tout semble avoir été dit. Et ce n'est n'est certainement pas le cas de Susanne Brokesch.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 08-03-2006

A voir également :

http://www.brokesch.com

http://www.chicksonspeed-records.com

?>