.:.Chronique.:.

Pochette

Galluzzi, André

Berghain 01

[Ostgut Tonträger/Kompakt/Nocturne::2005]

|01 Figment (Lusine)|02 Teco (Monne Automne)|03 Mammals (C:C/P)|04 Par (Alex Under)|05 Deviant Behaviour (Daniel Stefanik)|06 Fudgeburster Beat (Ali Khan)|07 Utilizame (Maetrik)|08 M.O.R.D. (Daniel Taylor)|09 Naxos (2 Dollar Egg)|10 Regenschauer (Taksi)|11 Wombat (Wighnomy Brothers)|12 Rej (Âme)|13 Easy Woman (Metaboman)|

Le Berghain est un des clubs les plus en vogue à Berlin. Inutile de dire que la capitale allemande est le temple de la musique électronique. A la limite, c'est quasiment devenu une institution culturelle. Véritable vitrine du monde techno, Berlin abrite naturellement nombre de lieux dédiés à la chose synthétique. Si le Berghain est un club des plus réputés, André Galluzzi ne l'est pas moins. Venu tout droit de Francfort, Galluzzi officie généralement soit au Berghain soit au OstGut; et ce premier mix est censé représenter l'image musicale de ce genre de structure. Sur ce disque, Galluzzi présente une électro racée, parfaitement calibrée pour le dance-floor et qui ne ressemble jamais à ces grosses boursouflures techno-dance que l'on entend trop souvent dans les lieux à la mode. Non, ici on part du principe qu'on peut faire la fête sur une musique qui n'a pas à puiser dans le bas de gamme.

Quoiqu'il en soit, Galluzzi réussit à nous faire un mix homogène et ce qu'on suppose être à l'image des nuits berlinoises. Pas de surenchère ici, on constate juste une certaine forme de sobriété caractérisée par des basses lourdes et enrobantes. On reconnaitra bien là l'école allemande avec ce minimalisme répétitif mais qui n'empêche nullement de prendre un rythme dansant et prenant. Si, dans ce mix, on avait déjà eu l'occasion de rencontrer Monne Automne, on aura pu entendre parler de Maetrik, Daniel Stefanik ou Ali Khan. Le reste des artistes choisis par notre DJ sont vraiment des choses qui ont du mal à parvenir jusqu'à nous ou alors de manière vraiment confidentielle. Peu importe, ce disque leur permet de toucher un public plus large grâce à une distribution plus importante. En tout cas, on aura ici l'occasion de constater une fois de plus la classe germanique. Sobre et efficace sans être d'un génie démesuré. Et c'est sans doute là qu'on voit la force des Teutons. Inimitables.

note : 7

par Fabien, chronique publiée le 24-02-2006

A voir également :

http://www.berghain.de

?>