.:.Chronique.:.

Pochette

Kaki King

Legs To Make Us Longer

[Velour music::2005]

Kaki King est un brin de femme étonnant. Pas très grande, comme elle aime à le souligner jusque dans le titre de son dernier album, mais pleine de talent. Elle vient d’Atlanta et vit désormais à New York ou uniquement armée de sa guitare elle a pu dévoiler l’ampleur de son art. Kaki King devrait être désormais synonyme de guitare acoustique. Si Kaki King étonne c’est bien parce qu’elle utilise cet instrument comme personne et qu’elle en maîtrise parfaitement la technique.

Les titres de ce « Legs to make us longer » sont instrumentaux (exepté « My insect life »), c’est de la guitare utilisée un peu de toutes les manières (elle tape sur la caisse). Parfois quelques autres instruments viennent se mêler à cet instrument de prédilection, telle une batterie sur l’excellent « Doing the wrong thing » par exemple. Mais la seule « six cordes » de Kaki suffit à rendre la musique intéressante et rien ne paraît vide. Les compositions sont marquées par le fait qu’elle maîtrise parfaitement les pickings, et qu’elle utilise des techniques de tapping sur sa guitare folk. Oui du tapping sur une guitare folk, et chaque morceau composé par la jeune demoiselle est une démonstration technique et mélodique.

Mais le plus étonnant de ce disque reste la sensibilité que dévoile la jeune femme tout au long de cet album. Une sensibilité qui n’a rien à voir avec celle d’une quelconque musique country ou encore blues, ce qui aurait évidemment pu être le cas au vu de la manière de jouer de Kaki. En fait tout ça ressemble plus à du post rock teinté de folk. La batterie de « Doing the wrong thing » mêlée aux arpéges de guitare ne ressemble pas du tout à du blues et amène une dimension un peu jazz que l’on peut justement trouver dans nombre de formations post rock.

De plus beaucoup de morceaux possèdent cette atmosphère intimiste et apaisante que l’on a parfois du mal à prêter à la lourdeur de beaucoup de formations folk. Si Kaki King ne se permet que trop rarement de chanter, cela ne l’empêche pas de faire preuve d’expressivité avec sa guitare et de varier les ambiances, passant du picking rapide et sophistiqué au calme plat avec une facilité déconcertante. Kaki chante une fois, et c’est sur ce qui est le meilleur morceau de son album, le long et envoûtant « My insect life ». Et a l’écoute de ce morceau on ne peux que constater que malgré son grand talent de guitariste et la cohérence de son œuvre, c’est en chantant et en jouant de la guitare (comme elle le fait sur ce titre) qu’elle excellera encore plus.

note : 8

par rentboy, chronique publiée le 23-02-2006

A voir également :

http://www.kakiking.com/

?>