.:.Chronique.:.

Pochette

Various Artists

Epitaph For John

[Korm Plastics/Metamkine::2005]

|01 Asmus Tietchens - JWAT 1|02 Asmus Tietchens - JWAT 2|03 Asmus Tietchens - JWAT 3|04 Asmus Tietchens - JWAT 4|05 RLW - Seeking Perfection / Somwhere Else|06 Merzbow - Untitled For John|07 Freiband - Threnody|08 John Watermann - Toowong Cemetary|

Disparu subitement en 2002 John Watermann avait laissé en plan Frans De Waard avec lequel il avait entamé une collaboration qui s'annonçait des plus alléchante. Artiste multi-directionnel John Watermann avait commencé à sortir des disques sur le tard mais s'était révélé des plus productif et multipliant les collaborations (Merzbow, Kiyoshi Mitsutani...) les participations à divers projets compilatoire et ses propres disques sous divers nom (Radio Mull, Total Disease, Spinal Machine). Ce qui avait pu être entamé avec Frans De Waard n'a jamais pu être mené à terme. L'idée de ce disque était de réunir des artistes qui de par leurs anciennes collaborations (Asmus Tietchens, Merzbow) ou leur profonde affinité avec Watermann (Ralf Wehowsky aka RLW) était en mesure de pouvoir re-travailler les compositions de l'allemand. F.De Waard ira lui même de sa touche personnelle sous le nom de l'un de ses nombreux avatars qu'est Freiband. John Watermann faisait ce qu'on pouvait appeler de la musique environnementale c'est à dire un traitement expérimental des sons qui nous entoure, sorte de musique concrète ou acousmatique qui se veut comme une célébration du monde vivant. Pour se donner une idée (si on a pas eu la chance de dénicher un des disques du bonhomme), Frans De Waard a placé dans ce disque hommage l'un des titres (Toowong Cemetary) qui devait servir à leur travail en commun. Mis en dernier ce morceau se place comme la conclusion logique de ce disque, comme un ultime souvenir d'un homme qui aura marqué bon nombre de ses contemporains acteurs de la musique électronique minimale et cérébrale.

Asmus Tietchens se taille la part du lion avec quatre titres (JAWT 1-4) qui mélangent ambiant, drones, crépitement sonores et distortions électroniques. Les ambiances fantômatiques ne sont pas hermétiques puisqu'elles sont vite relayées par des sonorités proches du bruitistes et Tietchens s'efforce de ne jamais rester linéaire créant et supperposant des nouvelles vagues qui ne sont à aucun moments identiques. Les interprétations de Merzbow, RLW et Freiband suivront le même modèle : combinaisons de minimalisme ambiant ou bleepesque avec des cassures abruptes et noisy. On plonge dans les grandes profondeurs, en plein apnée et là où les sens sont aux aguets on arrive à percevoir la froideur ultime de ce disque, sa noirceur intégrale et sa capacité à susciter un long moment d'introspection. S'appliquer à rendre hommage à quelqu'un n'est jamais une chose aisée. Epitath For John est comme un album testamentaire, entre la reconnaissance d'une génération plus jeune et la porte ouverte aux vocations futures.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 04-02-2006

A voir également :

http://www.kormplastics.nl

?>