.:.Chronique.:.

Pochette

Holy Fuck

Holy Fuck

[Dependent Music::2005]

La musique dite électronique a toujours eu pour ambition de rendre le rock chiant et lourd en proposant quelque chose de plus abouti et plus dansant aussi surtout. C’est dans cette optique que beaucoup d’artistes se sont mis à utiliser des machines et des ordinateurs quand ils créaient. On les entendait nous expliquer tout le travail que l’assemblage de boucles, de beats, de blips et autres calages leur avait demandés. Au final l’électronique s’est enlisée et ce style censé ouvrir des horizons s’est simplement trouvé une niche à côté des autres genres musicaux pour devenir ennuyeux. Pourquoi ? Peut-être à cause de l’utilisation des ordinateurs que peu de monde maîtrise en réalité et dont le produit donne toujours un peu la même chose. Parfois il y a eu ceux qui avec l’aide de machines n’ont pas essayé de rendre le rock obsolète mais plutôt de le pousser un peu plus loin et de lui donner un côté transe. Après plusieurs années de gestation on vient de se prendre 18 mois de LCD Soundsystem en pleine face dont le seul reproche (si c’en est un) à faire à James Murphy est d’avoir à tout prix voulu composer et jouer sur la production.

Fin 2005 est sorti le premier album de Holy Fuck, groupe d’improvisation de Toronto qui joue des machines comme personne à l’heure actuelle. Leur musique est en grande partie improvisée et ils n’utilisent pas d’ordinateur. L’Ibook qui fait encore la joie de bien des musiciens en manque d’assurance et/ou de mains, est ici banni purement et simplement. Le résultat est une tuerie électronique plus rock que tout ce qui existait jusqu’alors. Un mélange parfait de LCD Soundsystem, de Kraftwerk, de noise, de bigbeat et de KrautRock. Voilà ! Ces gars ont juste tout compris ce qu’il était possible de faire avec des machines ‘analogiques’ et ils le font sans filet. Où Battles jouent sur une hype warpienne (méritée, attention) avec quelques EPs éparpillés, Holy Fuck tape dans le concret avec directement un album et vont faire exploser tous les concerts et festivals en 2006 (je vois difficilement comment ça n’arriverait pas). Huit titres tous dans la même lignée sans essoufflement qui donnent envie d’une seule chose : aller les voir en concert !

note : 9

par jean marc, chronique publiée le 21-01-2006

A voir également :

http://www.holyfuckmusic.com/

http://www.dependentmusic.com/

?>