.:.Chronique.:.

Pochette

Désormais

Dead Letters To Lost Friends

[Intr_Version/Mochi Mochi::2005]

|01 Hell'n Ohio|02 Walk To The Hotel Alone|03 Salt Eyes Fuck Yeh|04 Sand Claims|05 One Or Many Wolves|06 Drowning In Place|07 This Ship Sinks Sideways|08 I Wore Water Wings But The Chlorine Still Stings|09 If People Could Fly They'd Likely Have Talons|10 Can I Read You This? |11 Verbs & Streams|

Deux ans après le magnifique Iambrokenandremadeiambroken... le duo Désormais, composé de Mitchell Akiyama et de Tony Boggs aka Joshua Treble, est de retour avec un disque plus accessible au commun des mortels. Ce troisième album confirme tout le bien que l'on pouvait penser des deux hommes. Dead Letters To Lost Friends amorce sans doute un nouveau virage pour Désormais qui évolue ici vers des horizons moins polaires et une musique plus optimiste. Les deux hommes sont en situation d'éveil et font comme si ils découvraient des rythmiques plus enjouées. Dès les premières mesures on comprend que Dead Letters... ne sera pas une vulgaire redite de Iambrokenandremade... Heureusement pour nous d'ailleurs car on aurait pu sentir monter en nous une petite pointe d'ennui. Il n'y a rien de pire que les artistes qui se répètent. Ceci dit il y en a quand même qui le font mieux que d'autres. Bien évidemment Désormais ne peut se débarrasser comme cela de tout ce qui a fait sa spécificité jusqu'ici. Sans perdre totalement sa personnalité le groupe évolue de manière progressive passant d'une musique électronique lunaire à des ambiances qui tournent parfois à la pop mais plus proche du post-rock.

Moins présente, l'électronique garde tout de même une place importante dans la démarche de la formation. Dead Letters To Lost Friends est à n'en pas douter le disque de l'ouverture. Celui qui offre le plus d'initiatives et qui donne plus aisément l'impression de renouveau. Pourtant on retrouve quasiment la même équipe que sur le précédent disque. Jenna Robertson (Avia Gardner) ainsi qu'Eric Craven (Hanged Up) sont encore de l'aventure. Ils se sont parfaitement mis au service d'Akiyama et de Treble pour la création de cet album aux multiples facettes dont chacun des morceaux est comme une carte postale provenant de pays brumeux mais aux aspects merveilleux. Ce disque est à la frontière entre un Désormais des débuts qui se bornait à des situations monolithiques mais réellement belles et un Désormais qui mute et qui préfigure ce qu'il risque de devenir demain. Les deux hommes n'ont pas encore totalement tourné le dos à leur passé (il serait d'ailleurs étonnant qu'ils le fassent complêtement) mais ils sont dans un contexte d'évolution progressive qui se révèle être assez alléchante puisque riche en trouvailles sonores et architecturales. Désormais est donc très loin d'avoir dit son dernier mot.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 01-01-2006

A voir également :

http://www.intr-version.com

?>