.:.Chronique.:.

Pochette

Beresford, Steve - Toop, David - Zorn, John - Marshall, Tonie

Deadly Weapons

[Nato/Nocturne::1986 (réédition 2005)]

|01 Shockproof|02 Du Gris|03 King Cobra|04 Tallulah|05 Dumb Boxer|06 Lady Whirlwind|07 Shadow Boxer|08 Sitting In The Park|09 Snow Blood|10 Chen Pe'i Pe'i|11 Jayne Mansfield|

Cette réédition m’aura permis de découvrir une chose. Si je connaissais Tonie Marshall comme actrice (Rien Ne Va Plus, Les Sous-Doués) et réalisatrice (Vénus Beauté, Enfants De Salaud) je ne savais pas qu’elle avait participé à quelques disques de jazz. Et pas avec n’importe qui s’il vous plaît. Entourée de Steve Beresford, John Zorn et David Toop, Tonie Marshall évolue avec aisance sur un disque qui n’est pas toujours évident. Initialement paru en 1986, Deadly Weapons est un disque de jazz mutant où les ambiances nocturnes sont proches des films noirs à la française. Nous sommes à la limite du glauque, des images cinématographiques viennent coller à notre imagination avec perfection, des situations de nuit avancée dans des cabarets enfumés où la solitude de gens névrosés et moroses complète une situation insomniaque.

Cet album aura un défaut majeur. Il est un peu trop de son époque. Sa production un peu trop propre, ses synthés aseptisés, la diction d’une Tonie Marshall dans le ton des années 80, un peu froide, un peu décalée, un peu parisienne. Si certaines séquences peuvent faire penser à la bande son d’un épisode de Nestor Burma, celles-ci sont entrecoupées par des passages nettement plus expérimentaux qui creusent à fond le filon de la noirceur que le thème de la nuit peut évoquer. Entre académisme et essais irréels ce disque garde encore de l’intérêt même s’il peut apparaître anachronique aujourd’hui. Objet difficilement identifiable, il change sans cesse de visage pour ne pas se laisser cerner. A vrai dire on n’en attendait pas moins des têtes chercheuses que sont les Zorn, Toop et Beresford. Faire trop simple aurait été d’un ennui profond et en-dessous des capacités de ces musiciens hors pair.

note : 6.5

par Fabien, chronique publiée le 25-12-2005

A voir également :

http://www.allumesdujazz.com

?>