.:.Chronique.:.

Pochette

Le Coq

Tête De Gondole

[Saravah/Socadisc::2005]

|01 Erg Song / Reg Song|02 Chronique Sismique|03 Musique De Fond|04 Tête De Gondole|05 La Jupe|06 J'm'Enerve Tout Seul|07 Les Affaires De Femmes|08 Do your Thing|09 Le Fioul|

Mine de rien, avec Tête De Gondole, Le Coq en est rendu à son troisième album, loin d’une sur-médiatisation et du microcosme parisien. Le Nantais n’en a toujours fait qu’à sa tête, ce qui lui vaut une place de choix sur le label de l’iconoclaste Pierre Barouh, Saravah. C’est Charles-Eric Charrier de Man qui m’a poussé à écouter ce disque. Il était bien placé pour me le conseiller puisqu’il le produit et joue dessus. Quant à Le Coq je le connaissais sans le connaître. J’avais déjà eu des disques de lui entre les mains mais je ne m’étais jamais donné la peine de les écouter. J’ai sûrement eu tort. Je me le dis d’ailleurs de plus en plus depuis que Tête De Gondole passe en boucle sur ma platine. N’ayons pas peur des mots, ce disque est grandiose. Tout du moins Le Coq a su placer la barre assez haut avec cet album qui enchaîne les trouvailles mélodiques, les arrangements subtils et des paroles intimistes. Dès Erg Song/Reg Song on comprend tout de suite qu’on ne va pas évoluer dans le cliché « nouvelle chanson française » et que Le Coq est plus dans la veine de types comme Manuel Bienvenu, Bed ou The Patriotic Sunday. Un chanteur un peu hors du temps, qui vit l’instant présent et dont les tranches de vies pourraient être celles de n’importe qui mais qui vous parlent d’une manière amicale et chaleureuse.

Le Nantais qui cite aussi bien Nick Drake, Léonard Cohen que le Velvet Underground comme influences majeures n’est pas très loin d’atteindre la perfection de ses maîtres. Il use du même détachement qui tend à rendre simple des mélodies et des ambiances qui sont beaucoup plus fouillées qu’on pourrait le penser. Si il ressort de ce disque une certaine aisance il ne faut pas pour autant se tromper. Tête De Gondole ne fait pas dans la facilité et à aucun moment notre homme ne veut se complaire dans des formes musicales trop basiques. Le Coq aime le travail bien fait et en ce sens il ne se moque pas de nous. Ce serait lui rendre justice que de reconnaître que ce nouvel album appartient à ce qui s’est fait de mieux dans l’Hexagone en ce début d’hiver. Grandiose, vous disais-je, et je n’exagère pas.

note : 9

par Fabien, chronique publiée le 16-12-2005

A voir également :

http://lecoq.musique.free.fr

http://www.saravah.fr

?>