.:.Chronique.:.

Pochette

Fenton

Pup

[Plop/Mochi Mochi::2005]

|01 Bunny|02 Neon Giraffe|03 Once Upon A Forest|04 Gentle Meter|05 Bored Youth|06 Wageless|07 Brother Blueberry|08 Many Blades Of Grass Ago|09 Forever Awkward|10 Pup Is Seeing Now|

Dan Abrams se sentait peut-être un peu trop à l’étroit sous le pseudo de Shuttle 358. Sous ce nom il aura fait les beaux jours des très exigeants labels 12k et Mille Plateaux. Aujourd’hui c’est au tour de la structure japonaise Plop d’accueillir le sieur Abrams sous sa nouvelle entité : Fenton. C’est aussi l’occasion pour lui de s’orienter vers une nouvelle voie. Bien qu’il n’abandonne pas totalement le secteur électronique, Fenton est un projet qui utilise et qui tourne principalement autour de la guitare. Les traitements électroniques sont quasiment là pour le décorum, se faisant discrets mais qui donnent un peu plus de substance aux lignes de guitare. Fenton n’est pas de ceux qui veulent nous abreuver d’une musique trop cérébrale. En tout cas ses expériences chez 12k et Milles Plateaux n’ont plus vraiment lieu d’être ici. D.Abrams développe une musique plus légère, voire aérienne, et certainement plus accessible même si on est encore très loin du grand public.

Pup est un album matinal. Un de ces disques qui s’écoute au réveil, pour ceux qui aiment prendre le temps de s’étirer calmement, de remettre leurs idées en place sans être bousculé. D’ailleurs la pochette du disque a un côté un peu évocateur. Une image floue, un peu comme quand on ouvre les yeux pour la première fois après une lourde nuit de sommeil. La musique de Fenton est donc flottante, un peu lointaine, une douce mélancolie qui vient effleurer vos tympans sans agressivité et sans la moindre once de nervosité. Cela peut avoir ses avantages comme ses inconvénients. Si Pup est un album serein et qui est une porte ouverte sur une forme de clarté il peut également être le fruit d’une certaine lassitude. Sa trop grande lenteur, ses répétitions et ses longueurs peuvent, à terme, finir par agacer. Pourtant ce disque fait preuve d’une certaine solidité et d’une lucidité artistique évidente. Sans vraiment de défauts majeurs on reste parfois sur notre faim. Pup ne saurait être qu’un album de genre mais il peine un peu à atteindre les étages supérieurs.

note : 6.5

par Fabien, chronique publiée le 09-12-2005

A voir également :

http://www.inpartmaint.com/plop/

?>