.:.Chronique.:.

Pochette

Gravenhurst

Fires in Distant Buildings

[Warp / Pias::2005]

Malgré l’étonnante maturité folk qui se dégage de ses précédents albums et EPs, Nick Talbot n’en reste pas moins un petit jeune qui fouille, se cherche et (se) découvre. A l’heure du Black Holes in the Sand on le sentait parti dans de la programmation et des choses un peu bruitistes (avec plus ou moins de réussite). Pour Fires in Distant Buildings, premier véritable album créé depuis sa signature chez Warp, le Bristolien passe un cap (un de plus). Talbot avait déjà dans le passé travaillé avec un groupe pour Gravenhurst mais sans trop de moyens. Pour ce nouvel album il s’est entouré de musiciens proches et évoluant dans la scène bristolienne pour aller s’enfermer dans un studio-maison avec batterie, basse, clavier et guitares. Le résultat peut surprendre un peu à l’écoute du premier single ‘Velvet Cell’ assez tendu et rock avec une batterie à la grosse caisse trop forte. Mais les textes sont toujours là et la surprise passée on retrouve la magie Gravenhurst au fil d’un album finalement toujours très folk anglais. Des morceaux comme ‘Nicole’ ou ‘Beneath the Sea’, parmi les plus courts du disque, montrent d’ailleurs que Nick Talbot n’a pas grand-chose à gagner en faisant traîner ses morceaux autour des 10 min. qui ne font que diluer son génie.

note : 8.5

par jean marc, chronique publiée le 29-11-2005

A voir également :

http://www.silentagerecords.co.uk/gravenhurst/

.:.L'avis des autres rédacteurs.:.

Fabien : avis du rédacteur

?>