.:.Chronique.:.

Pochette

Sovacusa

Centrepoint

[Expanding Records::2005]

|01 Shibuya|02 Urbic|03 Otsuka|04 Kinjito|05 Float|06 Ginza|07 Akihabara|08 Ota|09 Jira|10 Fasio|11 Otami|12 s269|13 Scai|

Il fallait bien que Tim Martin (Maps + Diagrams) et Steve Davis (Broca) fassent quelque chose ensemble un jour ou l’autre. C’est aujourd’hui chose faite. Bien que dirigeant leur propre label (Cactus Island) les deux hommes se sont tournés vers Expanding pour sortir le premier disque de l’entité Sovacusa. Tim Martin connaît bien cette structure raffinée et sans doute ont-ils dû penser que Expanding étaient les mieux placés pour faire paraître ce Centrepoint. Un titre, d’ailleurs, qui n’est certainement pas le fruit du hasard et qui correspond bien à ce que peut représenter la collaboration entre les deux hommes. Centrepoint ou Point Central, lieu de convergence là où viennent fusionner les idées de deux amis. Cela peut être tout simplement le résultat d’un compromis. Comme dans un vieux couple en somme, où personne ne tient à être en position de faiblesse par rapport à l’autre. Si compromis il y a, ce n’est certainement pas une sorte de consensus mou. Les deux hommes ont suffisamment d’expérience pour ne pas tomber dans la facilité.

Pourtant on reste un peu le cul entre deux chaises. Ce disque d’électronica raffinée où les click & cuts rencontrent agréablement des mélodies cristallines n’arrive pas à atteindre le niveau d’excellence qu'on était en droit d’attendre. On fera contre mauvaise fortune bon cœur et on se dira que cet album n’est, malgré tout, pas si mal que ça. Il apparaît juste un peu convenu. Si c’est son défaut majeur cet album reste assez bien maîtrisé et conviendra bien à un public qui n’est pas fatalement à la recherche d’une perfection absolue. Cependant, Centrepoint pose un réel problème. N’est-il pas symptomatique d’une scène électronique qui peine à se renouveler ? En tout cas, il est certain que nous sommes un peu dans le creux de la vague, que cela dure depuis un petit moment, et que les esthètes de l’électronique ont du mal à trouver un second souffle. Pour Sovacusa on restera indulgent en prenant ce premier album comme un galop d’essai assez appréciable qui laisse deviner des lendemains plus radieux.

note : 6.5

par Fabien, chronique publiée le 27-11-2005

A voir également :

http://www.expandingrecords.com

?>