.:.Chronique.:.

Pochette

Delaney

s/t

[Lithium / Pehr::2004/2005]

Ça peut paraître comme un cliché mais voilà encore une preuve que la scène française est peu mise en valeur dans notre propre pays. Il a fallu que l’album de Christelle Delaney sorti l’année dernière chez Lithium, soit sous licence américaine chez Pehr (Timonium …) pour qu’enfin on/je le découvre. Il s'agit d'une Parisienne d’une trentaine d’année qui évolue entre folk, rock et chanson française. Elle a ce côté Miossec pour parler de l’intime comme si tout avait été vécu (?). Le Brestois nous donne sa version masculine de la vie alors que la Parisienne, lucide et pas ivre morte, apporte son point de vue de femme mature. Seule à la guitare ou accompagnée par un groupe qui transforme ses chansons en folk-rock (‘Sur la place Lili Boulanger’ aux guitares et à la batterie qui font tout de suite penser à The Evens ou ‘Comme aux alentours’ construite comme du Wilco). Delaney sait toucher son auditoire, en anglais ou en français, ses textes tournent autour de petits sujets que tout le monde connaît d’une vie aux teintes gris - gris clair. Sa voix, qu’elle double souvent, la plupart du temps basse, sait se faire douce (le magnifique ‘La nuit on a toujours tort’) ou rock comme une Polly Jean Harvey à la limite de la dissonance (‘Hard work never pays’, ‘Ready to catch’…). L’oubli est donc à moitié réparé car avec cet album, Delaney n’a pas grand-chose à envier à une Julie Doiron tout en gardant un univers bien français, plus tortueux et moins mélancolique.

note : 8

par jean marc, chronique publiée le 17-11-2005

p.s. : Christelle Delaney sort justement d'une tournée automnale de 29 dates en un mois à travers tout les Etats-Unis!

A voir également :

http://www.pehrlabel.com/delaney/index.htm

.:.L'avis des autres rédacteurs.:.

Noémie : avis du rédacteur

?>