.:.Chronique.:.

Pochette

B.O.S

O-Land

[Angelika Koehlermann /Mdos / Hausmusik ::2003]

B.O.S. est une énigme. Personne ne sait vraiment qui ils sont sinon qu’ils nous viennent d’Autriche. La note de presse qualifie leur musique de « slo-mo-kraut-progck ». Rien que ça. Pourquoi faire simple quand on peu faire compliqué. On aurait pu s’attendre à un abominable fourre tout où toutes ces influences se serait mélangées dans une cacophonie des plus absurde.

A l’écoute du disque on souffle de soulagement. Les choses ne sont pas si complexes qu’elles en ont l’air. B.O.S nous fait part d’un univers certes inquiétant mais dans lequel on peut aisément se retrouver. Le groupe utilise un son lourd auquel la ligne de basse est largement responsable et la voix de Babe S, dans son intonation et son interpréation, n’est pas sans rappeler celle d’un Arthur H (« I Know »). La comparaison avec le fils d’Higelin s’arrête là.

Le groupe semble ainsi prit par une léthargie, voulue celle-ci, qui donne à l’ensemble de l’album ce sentiment d’étrangeté qu’on ne retrouve que peu dans la production actuelle. Ce groupe ne ressemble à rien de ce qui se fait actuellement, mais il n’a rien inventé non plus. Ce son, ces ambiances se retrouvaient sur bien des disques des années 80-90, on pense alors à Deus (un peu quelque part) ou Tuxedomoon, voire même The Breeders période « Pod ». Ceci étant le style semble être tombé en désuétude et il n’y a que des groupes comme B.O.S. pour reprendre le flambeau.

On aimerait y croire mais cette musique n’est pas faite pour enflammer les kids. C’est une musique adulte, réfléchie, qui s’est affranchie de toute naïveté. On en demande pas plus finalement. Bref un disque pour ceux qui se sente la barbe pousser au menton.

note : 6

par Fabien, chronique publiée le 27-09-2003

A voir également :

http://www.spaceeyemusic.at

http://http://angelika.koehlermann.at

?>