.:.Chronique.:.

Pochette

Kschzt

The Earth's Hum

[Blasé/La Baleine::2005]

|01 17 June 2003|02 Reverse Polarity|03 160503|04 Varkain|05 Acorn|06 Horse & Spline|07 Konsteilla|08 Paiste Ylos|09 Push, Grind, Repeat|10 6 February 2004|11 July Simultaneously|12 Hands Of Cotton|

Kschzt. Quel drôle de nom. Peut-être représente-t-il l’un des nombreux sons que l’on peut entendre dans l’électronica. Peut-être est-ce autre chose mais en tout cas on pourra toujours essayer de prononcer correctement ce nom à couper au couteau. Cela fera sans doute rire mais ce qui prête franchement moins à la gaudriole c’est ce premier disque de Kschzt. Un album on ne peut plus sérieux qui s’oriente sur une électronica pas franchement révolutionnaire mais qui a le mérite de ne jamais être caricaturale et d’avoir suffisamment de prestance pour qu’on tende l’oreille d’une manière attentive. Kschzt créé ici une musique organique où l’homme et le synthétique se lie dans ce que l’on pourrait comparer à une sorte de cyber-musique. Un univers robotique mais pas seulement. On décèle sur ce disque des ambiances lunaires qui viennent s’incruster timidement sur des mélodies très warpiennes.

Sûrement que Kschzt n’est pas le premier à s’orienter vers ce type de voie, ni même le dernier d’ailleurs, mais son album possède la clé qui ouvre toutes les portes. Quoi qu’on puisse en penser The Earth’s Hum est un album chaleureux et n’est jamais uniforme. Digne enfant de Kraftwerk, Kschzt arrive à humaniser ses machines et donner à ses morceaux une candeur qui nous permet d’aborder ce disque avec un parfait détachement. On peut alors entrer de plain-pied dans un petit monde électro-futuriste qui ne s’embarrasse d’aucune complication. Du moins en apparence car si tout semble limpide la production n’est jamais trop lisse et chacun des morceaux possède nombre de variations et de contre-pieds sonores qui laissent penser que rien n’est jamais simple. The Eart’s Hum est donc ce genre d’album qui ne déçoit pas même s’il serait incongru de crier au génie. L’album est bon et c’est suffisant.

note : 7

par Fabien, chronique publiée le 03-11-2005

A voir également :

http://www.blaserecords.com

?>