.:.Chronique.:.

Pochette

Jersey

s/t

[Lok Musik::2005]

|01 Southwestern|02 Boy With A Rifle|03 Come To Me|04 "1435"|05 TV Dinner|06 Hold On|07 Slow Summer|08 Counting The People That Walk By|09 28 Days|10 Sleep On Souvenirs|

A la première écoute de ce disque j’avais vraiment eu l’impression d’avoir entre les mains un enregistrement tout droit sorti du label Morr Music. A vrai dire je ne me trompais pas de beaucoup. Florian Zimmer était claviériste au sein de Lali Puna avant de former avec Marion Gerth la formation Fred Is Dead puis Iso 68. Les deux compères se retrouvent sur ce nouveau projet avec Max Punkthezahl (Contriva) et Noël Rademacher (Mina) et qui vient juste de terminer son premier album solo sur Lok Musik. Jersey est bien de ce groupes électro-pop à l’allemande qui ne s’embarrassent pas de surcharge sonore et qui sait rester humble dans sa démarche. Simplicité, efficacité et souplesse. Tels sont les impressions que laisse ce premier album qui donne une importance énorme aux mélodies. Ces dernières sont racées et taillées avec une précision millimétrée. Il n’y a pas de hasard ici. Avec assurance le groupe développe son savoir faire qui, peu à peu, finit par convaincre les plus récalcitrants. Jersey est donc l’archétype même de ce que l’on peut attendre de ce genre de groupe. Tout y est en justesse, que ce soient les morceaux instrumentaux ou chantés, on n'y trouve rien à redire. Il y a certes quelques imperfections qui s’apparentent plus à des facilités techniques ou mélodiques mais, globalement, celles-ci sont noyées dans la qualité générale de ce disque.

Sans payer de mine le premier album de Jersey apporte son lot de fraîcheur. En écoutant ce disque on pourra peut-être se dire qu’il est fait « à la manière de » mais on se laisse avoir une fois de plus. Mais il n’y aura aucune honte à aimer ce disque, bien au contraire car dans le genre nous sommes bien dans le haut du panier. Sans crier au chef-d’œuvre, Jersey réussit à convaincre dès son premier long effort. Et ce n’était pas si évident que cela car la concurrence est rude et surprendre aujourd’hui est sans doute plus difficile qu’hier. Les quatre Allemands y parviennent avec une facilité déconcertante. Coup de maître ? Sans doute pas car Jersey a encore suffisamment de marge de manœuvre pour évoluer dans le bon sens. Pour l’instant savourons notre plaisir, ce n’est pas tous les jours fête.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 01-11-2005

A voir également :

http://www.lok-musik.de

?>