.:.Chronique.:.

Pochette

Hell, DJ

Grossenwahn 1992-2005 & Automation Durch Monotonie - NY Muscle Interpretation

[International Deejay Gigolo/Nocturne::2005]

Ne pas connaître aujourd’hui Dj Hell est presque une faute de goût. Pour ceux qui ont cette malchance d’avoir ignoré aussi longtemps ce trublion électro, et accessoirement boss de International Deejay Gigolo, ils pourront prendre un cours de rattrapage avec ce double album compilation. Du moins le premier disque fait vraiment office de « best of », reprenant l’évolution du bonhomme depuis 1992. Le second disque est plus une sorte de tribute ciblé dans lequel plusieurs interprètes électro et non des moindres (Peter Kruder, Ricardo Villalobos ou Superpitcher) refondent les morceaux de NY Muscle dernier véritable album en date du sieur Hell.

Si Grossenwhan peut paraître un peu accessoire (en somme tout best of l’est quelque part) il a au moins ce mérite de rappeler l’importance qu’a Hell sur les musiques électroniques dites dansantes. Hell est même incontournable, pape quasiment incontesté d’une école germanique qui aura tout écrasé sur son passage reléguant bon nombre de leurs poursuivants à des rôles de faire valoir. Hell est aussi l’homme de l’imparable Munich Machine, album impeccable duquel on retrouve quelques titres ici (Suicide Commando, This Is For You), qui reste comme son chef d’œuvre sur lequel beaucoup se sont sûrement appuyés. Le deuxième mérite à ce disque est d’y avoir mis plusieurs inédits (5 au total) d’une valeur non contestable. En somme Hell ne se fout pas de nous. Mieux il nous bichonne et mieux, il nous éduque. Si l’on en croit la note de presse ce disque serait le vecteur pour nous raconter « la jeune histoire de la musique Electro-House ». Difficile de savoir si telle était vraiment la volonté de l’allemand mais Grossenwahn reste une très bonne introduction au genre. Du fun, de la sensualité, des ambiances moites et noctambules. Bref Hell a tout compris.

Le deuxième disque est à la hauteur du personnage de Hell. Là aussi l’album est divisé entre morceaux inédits et d’autres déjà connus. Mais là où il y a eu carte blanche on sent que chacun s’est évertué à ne jamais trahir l’esprit qu’insuffle Hell à ses compositions. Ce disque est fait pour les endurants. Pour ceux qui tiennent toute une nuit sans jamais flancher. Un album tout en excès au sens propre comme au figuré. Tous les dandys du dancefloor pourront se trémousser sur ces mixes inspirés qui ne dénaturent aucunement l’intelligence groovy de Hell. Quand je vous disais que Hell inspirait le respect.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 11-10-2005

A voir également :

http://www.gigolo-records.de

?>