.:.Chronique.:.

Pochette

Vex'd

Degenerate

[Planet Mu/La Baleine::2005]

|01 (disc 1) Pop Pop V.I.P.|02 Thunder|03 Angels|04 Corridor|05 Cold|06 Venus|07 Gunman|08 Crusher Dub|09 Fire|10 Destruction|11 Lion V.I.P.|12 Slime|13 (disc 2) Canyon|14 Pop Pop|15 Ghost|16 Lion|17 Smart Bomb|18 End Of Line (feat. Search & Destroy)|

Il fut un temps où la Jungle et le Drum & Bass faisaient bon ménage et faisaient vaciller nombre de techno addicts prêts à perdre pied devant ces rythmes tribaux et épileptiques. Aujourd’hui nous sommes passés à autre chose mais il reste encore une frange d’ahuris qui pense que le genre a encore un avenir. Et pourquoi pas ? Quand on voit ce qu’est devenu le rock on peut bien se dire que cela ne peut pas être franchement pire dans les musiques électroniques. Alors on fait contre mauvaise fortune bon cœur et on s’attèle à la tâche avec ce premier opus de Vex’d. Après avoir été repéré par le label Subtext c’est sur Planet Mu que le duo formé par Jamie et Roly (ça fait un peu David & Jonathan tout ça) sort son premier opus électronique. Très influencé par le dub et par certaines formes de la musique industrielle (on pourra penser à cette vague généré par des groupe comme Nine Inch Nails) Vex’d intègre des rythmiques drum & bass ou jungle selon les circonstances. Passée la première écoute on ressort un peu exténué par un disque qui ne laisse que peu de place au répit. Son côté sombre et moderniste font de Degenerate un disque sérieux mais qui laisse libre cours à la fantaisie. Ainsi les deux hommes s’en donnent à cœur joie, enrichissant des boucles sonores et les modulant au gré des envies.

Dire que les deux hommes vont redonner un second souffle au genre est sans doute prématuré. D’autant plus que si le disque est d’une qualité honorable qui se justifie par des compositions solides, il ne parvient pas à dépasser le simple stade d’élève appliqué. On pourra, certes, prendre du plaisir en écoutant ce disque mais il faut rester lucide : le renouveau ce n’est pas pour aujourd’hui. Cependant cet album peut nous permettre d’espérer. Tout du moins on peut aisément s’en persuader tant Degenerate possède des qualités. A noter que l’album est agrémenté d’un second disque qui correspond aux singles de la période Subtext. Si Degenerate ne vous a pas suffi vous pourrez en remettre une couche, histoire de vous convaincre de manière définitive que Vex’d n’est pas forcément un groupe anecdotique.

note : 7

par Fabien, chronique publiée le 04-10-2005

A voir également :

http://www.planet-mu.com

?>