.:.Chronique.:.

Pochette

Gelée Royale

Wir Schiessen Nicht Daneben

[Niesom::2004]

|01 Toyota|02 Sex Machine|03 Tisch|04 Ich Werde Euch|05 Ich Schiesse Nicht Daneben|06 Anorak|07 Vittorio Brambilla|08 Du Leuchtest|

Quel soulagement. On ne peut résolument toujours se tromper. Ou alors c’est qu’on le fait vraiment exprès. Le label Niesom tient certainement là le groupe qui va redorer son blason pendant quelque temps. Le duo Gelée Royale formé par Martin Max Offenhuber et Franz Adrian Wenzl a déjà dix ans et trois albums à son actif, dont ce très réussi Wir Schiessen Nicht Daneben. N’ayons pas peur des mots ce disque est le chaînon manquant entre l’électro-pop et Einstürzende Neubauten. Le groupe allie à merveille des mélodies de pop électronique avec des percussions métalliques, ce qui ne les empêche pas d’intégrer guitare, basse ou orgue. De plus le chant de F.A. Wenzl n’est pas sans rappeler celui de Blixa Bargeld. On se met alors à rêver. Et si Einstürzende Neubauten évoluait dans le sens de Gelée Royale ? On pourrait alors peut-être connaître un cyber-E.N. ? Allez savoir. Quoi qu’il en soit les deux Autrichiens marchent bien dans le sillon tracé par leurs glorieux aînés et avec un talent suffisamment grand pour qu’on ne les qualifie pas de vils plagiaires.

Manifestement, Gelée Royale survole son sujet et dès les premiers instants de l’album on sent parfaitement que la déception ne sera pas au rendez-vous. A aucun moment on ne pourra prendre le groupe en défaut. C’est sans doute là la marque d’une formation qui ne laisse rien au hasard et qui ne se satisfait certainement pas de la médiocrité. Cela tombe bien, nous non plus. Contrairement à ce que pourrait faire croire la pochette les deux comparses ne se sont jamais reposés sur leurs lauriers. Chaque morceau est une marque de précision qui apparaît comme l’estampille de la maison Gelée Royale. De toute façon c’était inévitable. Avec un nom pareil ils ne pouvaient se permettre de faire une musique de sous-fifre. Et puis quoi encore ?

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 18-09-2005

A voir également :

http://www.niesom.at

?>