.:.Chronique.:.

Pochette

Kosmonautentraum

Ungehörtes Unerhörtes

[Vinyl On Demand/Nuit Et Brouillard::2005]

Le label allemand Vinyl On Demand continue son travail d’exhumation d’artistes improbables. Et Kosmonautentraum aka Michael Jarick n’est certainement pas des moindres. Il aura fallu aller le chercher celui-là. Et loin encore. Son souvenir s’est presque perdu avec les quelques informations qui pouvaient circuler sur lui. Autant dire qu’on ne sait quasiment rien sur le personnage sinon qu’il a sorti quelques babioles sur le label mythique ZickZack. C’est mince. En même temps c’est largement suffisant pour susciter la curiosité. Ce disque est, en fait, une compilation de titres parus entre 1980 et 1987 sur divers maxis et l’album Juri Gagarin. A cela on rajoute six morceaux complètement inédits issus d’un projet qui avait pour nom Ziggy & Eno. A travers sa musique le personnage reste assez difficile à cerner mais il offre un panorama assez varié de la musique sombre des années 80. Tantôt new-wave, no-wave, post-kraftwerkienne, industrielle, décadente ou noisy, la musique de M. Jarick ne connaît que très peu de limites. Avec sa voix à la John Lydon qu’il peut prendre par moment, l’Allemand semble lancer un défi à la face du monde avec toute l’arrogance possible. Le défi ici est surtout esthétique et image parfaitement la grisaille de ce début de décennie 80’s.

Avec les moyens du bord, M. Jarick est arrivé à se surpasser en créant des univers particuliers qui s’enchaînent ici comme des sautes d’humeurs. C’est sans doute pour cela que la musique de l’Allemand n’est pas toujours identifiable. Et pourtant à chaque fois il s’en sort avec une réussite déconcertante. L’homme est donc à l’aise dans la diversité. Cet effort compilatoire fait peut-être un peu foutoir mais on ne peut s’empêcher de tomber vite amoureux des compositions de Kosmonautentraum. Si le revival post-punk bat son plein et que les 80’s se font réhabiliter, alors qu’on les avait allègrement piétinés, il ne serait pas inutile de jeter une oreille sur le travail du sieur Jarick. C’est même nécessaire car en un seul album l’homme à réussi à résumer l’ambiance de ces années. Ce n’était pas évident. Ca vaudra toujours mieux que d’écouter ces groupes qui essayent vainement de singer leurs aînés avec plus ou moins de bonheur.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 13-09-2005

A voir également :

http://www.vinyl-on-demand.com

?>