.:.Chronique.:.

Pochette

Rapture, The

Echoes

[Mercury::2003]

|01 Olio|02 Heaven|03 Open Up Your Heart|04 I Need Your Love|05 The Coming Of Spring|06 House Of Jealous Lovers|07 Echoes|08 Killing|09 Sister Saviour|10 Love Is All|11 Infatuation|

A défaut d’être un bon disque, Echoes restera pour moi une des énigmes de l’année dans le petit monde indie : par quel tour de force a-t-on réussi à faire d’une vieille compilation 80/90’s type « La plus grande discothèque du monde » saupoudrée d’un zest de punk avarié l’un des albums les plus attendus de cette rentrée 2003 ?

Conscient que l’on pourrait justement me reprocher une réaction épidermique à la fameuse hype qui entoure la sortie de ce disque, je tiens à préciser que, suite aux bons échos (désolé) dont jouissait le groupe depuis ses premières apparitions sur scène et n'ayant jamais jusqu'à présent été confronté à l'un de leurs enregistrements, c’était pourtant la bave aux lèvres que j’insérais cet essai long format dans ma platine.

Hélas le premier morceau à peine achevé, j’avais déjà ravalé ma salive et présentait des signes inquiétants de sécheresse buccale. Il y avait en effet longtemps que je n’avais pas entendu un tel monstre musical. A savoir une (mauvaise) chanson de The Music remixée par la paire Vangelis-Jean Michel Jarre en petite forme et chantée par un clone de Robert Smith agonisant façon Dolly (la brebis…).

Après cette horreur, les deux plages suivantes feraient presque figure de chefs d’œuvre. Pourtant ce ne sont principalement que deux parodies poussives et ennuyeuses du Pink Floyd.

Je ne m’attarderai pas d’avantage sur la suite. Sachez simplement qu’on y trouve un soupçon de boucles synthétiques que même les 2 Unlimited ou Corona auraient sans doute refusées alors qu’ils trustaient les premières places du Hit Machine (l'inénarrable I need your love) ou encore des morceaux que l’on connaît déjà presque par cœur chez Radio 4 par exemple (house of jealous lovers, echoes).

Bref, la recette annoncée a priori alléchante de cette nouvelle fusion disco-punk-garage rock ne prend définitivement pas et on n'en retient que les grumeaux indigestes.

Mon conseil : si vous voulez danser tournez vous plutôt vers un classique du groupe de Debbie Harry* ou bien encore vers l'excellente compilation Rough Trade Shops - Post Punk Vol.1.

note : 2

par Thomas F., chronique publiée le 16-09-2003

p.s. : *Il est en effet probable que le groupe ait emprunté son nom au morceau Rapture de Blondie...

.:.L'avis des autres rédacteurs.:.

Splinter : avis du rédacteur
Fabien : avis du rédacteur
Yann : avis du rédacteur
dorian : avis du rédacteur
jean marc : avis du rédacteur
Jeff : avis du rédacteur
Emilie : avis du rédacteur

?>