.:.Chronique.:.

Pochette

Die Tödliche Doris

Welten - Worlds - Ohontsa'shon: 'a"

[Vinyl On Demand/Nuit Et Brouillard::2005]

Est-ce que les membres de Throbbing Gristle ou même de Cabaret Voltaire savaient qu’ils allaient engendrer nombre de groupes tous les plus curieux les uns que les autres? Il est probables que non. Le groupe allemand Die Tödliche Doris n’est pas à proprement parler un groupe industriel mais ce disque, connu aussi sous le nom de Gerry Belz, ressemble furieusement à la musique de ces expérimentateurs nihilistes. Il n’y a d’ailleurs pas beaucoup d’ambiguïté. Ce groupe de performeurs hallucinés est apparu au début des années 80 et a sorti quelques disques et E.P. de manière confidentielle. Injustement mésestimé, hormis en Allemagne, et souvent mis en retrait par rapport aux papes de la musique industrielle expérimentale, Die Tödliche Doris est pourtant un groupe passionnant. Aujourd’hui c’est le label Vinyl On Demand qui exhume au coup par coup les œuvres du combo en rendant disponible une discographie dont l’acquisition relevait du parcours du combattant. Cependant il n’est pas certain que ce soit avec ce disque que l’on prendra le meilleur départ avec Die Tödliche Doris.

En effet, Welten – Words – Ohontsa’shon : ‘a" est sans doute l’album le plus difficile d’accès du groupe. Apologie du bruitisme, ce disque est un florilège de collages sonores aux formes distordues et brutales. Die Tödliche Doris pousse le vice encore plus loin. Les collages du groupes sont avant tout confronté à une autre musique que l’on entend très distinctement en arrière plan et de manière brute sur le premier morceau. Le trio a sciemment choisit un groupe faisant dans le bal musette à la teuton (le Gerry Belz Showband en l’occurrence) pour lui superposé ses expérimentations sonores. C’est alors deux conceptions de la musique qui s’affrontent ou qui se mêlent. Tout dépend comment on peut interpréter la chose. En tout cas c’était comme si on assistait à des situations complètements irréelles, où ce qui n’était même pas concevable un seul instant a pris forme grâce à un groupe qui a su faire preuve d’audace. Ce disque peut donc facilement attaquer les nerfs tant son caractère noisy prend le dessus mais il n’est pas inintéressant pour autant. Tout au moins il est le témoin particulier d’une époque qui voulait briser les dogmes et bien que désabusée croyait encore fragilement qu’une autre voie était possible. Le punk aura été un catalyseur qui a permis l’ouverture d’un monde musical qui de plus en plus se cloisonnait et se vouait à un conservatisme bon teint que seul quelques allumés pouvaient remettre en cause. La musique industrielle, en ce sens, doit quelque chose au punk et si on y réfléchit bien toute cette première génération pouvait bien s’en réclamer car quelle autre musique que l’industriel se mettait aussi volontairement en marge ? Die Tödliche Doris l’aura toujours été et même si sa démarche était pleinement artistique et underground, ils auront su marquer ceux que se seront donné la peine de s’attarder sur leur cas.

note : 7

par Fabien, chronique publiée le 31-08-2005

A voir également :

http://www.vinyl-on-demand.com

?>