.:.Chronique.:.

Pochette

Sanctum

Let's Eat

[Cold Meat Industry::2004]

|01 Food Chain|02 Lie Low|03 Let's Eat|04 A Pose|05 När ?|06 Shut Up|07 Shine|08 Sister|09 Let's Play|10 A-part|

Que ce soit dans l’électro, le rock ou le métal, on a vu à un moment ou un autre s’abattre sur nous des hordes d’artistes du grand Nord qui n’avaient pas tous les qualités qu’on aurait souhaité. Alors pourquoi n’en serait-il pas de même avec la musique industrielle ? Par avance on pourra remercier des groupes comme Nine Inch Nails ou Ministry, sans oublier Einstürzende Neubauten, d’avoir suscité quelques vocations. Sanctum, groupe formé en 1994 autour de Jan Carleklev et Hakan Paulsson, fait partie de cette tendance scandinave qui s’est imbibé de culture anglo-saxonne depuis trop longtemps. Guère prolifique, la formation n’avait plus rien sorti depuis 1996 et l’édition de ce Let’s Eat inespéré est sans doute l’occasion d’un nouveau départ après des changements nombreux de line-up.

Depuis sa création avec Throbbing Gristle, la musique industrielle a beaucoup évolué, se muant et en se subdivisant en différents sous-genres. Faire un état des lieux aujourd’hui de la musique industrielle prendrait des heures entières et n’aurait que peu de place ici. Pour faire simple, Sanctum est plus proche d’une musique industrielle tendance métal comme Ministry (groupe qui, faut-il le rappeler, n’a plus l’éclat d’antan). Inutile de dire que la musique de Sanctum est remplie de théâtralité et de grandiloquence. On se prend au sérieux, on prend un peu de hauteur en essayant de se situer au-dessus des foules. La musique de Sanctum est comme une grande messe où la bonne parole est déclamée sur un ton hautain et prophétique. Alors bien sûr, avec un peu de recul, tout cela fait un peu sourire. Surtout quand Sanctum se croit obligé de puiser dans les fonds de la dark-wave ou de l’heavenly voices pour donner une épaisseur supplémentaire à l’affaire. Ou peut-être est-ce pour aérer un disque qui aurait trop tendance à user du martèlement massif. Les paris sont ouverts.

Si sur le fond Let’s Eat n’est pas fondamentalement un mauvais disque, si certains morceaux valent tout de même le détour ("A Pose"), il reste prisonnier de trop de clichés pour qu’on s’y attarde plus longtemps. Alors, Sanctum, groupe parodique ? Non, mais cela risque de le devenir.

note : 5.5

par Fabien, chronique publiée le 20-08-2005

A voir également :

http://www.coldmeat.se

?>