.:.Chronique.:.

Pochette

Anenzephalia

Noehaem

[Tesco Organisation::2004]

Anenzephalia est souvent présenté actuellement comme l’un des meilleurs projets allemands en matière de musique industrielle. Grand bien leur fasse. En tout cas ils sont dans la plus pure tradition de la musique industrielle. Rigide, froide, malsaine et dérangeante, la musique d’Anenzephalia a tout pour contenter les pires intégristes de ce mouvement. Edité chez Tesco Organisation, qui est encore parmi les labels les plus radicaux en la matière (Death In June, Throbbing Gristle, Con-Dom, Genocide Organ ou Illusion Of Safety) et qui distribue énormément de labels indus (Cold Meat Industry, NER, Neroz ou Divine Comedy), y est parfaitement à sa place. Noehaem qui met tout de suite mal à l’aise en mettant en exergue un mélange de solennité glaciale et des déchirements sonores à la limite du supportable. Entre dark ambiant, électro martiale et expérimentations noise, le groupe évolue dans une sorte de no man’s land où l’humanité est la dernière des qualités.

Noehaem que l’on peut traduire par nouveau foyer ou, si l’on va plus loin, par nouvelle patrie, est sans doute une forme d’exploration de ce qui pourrait bien être notre nouvel environnement. C’est pessimiste à n’en pas douter mais le monde actuel n’est pas forcément glorieux non plus et en proie à de nombreuses incertitudes. Pourtant, il n’y a pas lieu de s’étonner, puisque Anenzephalia reprend bien les chemins codifiés de la musique industrielle du début des années 80. Une musique des profondeurs, post-apocalyptique et ne laissant filtrer le moindre soupçon de lumière. Le disque s’achève comme il avait commencé, par le même morceau, à peine retravaillé mais qui est comme le signal de la fin. Même la voix qui répète inlassablement « Industrial Development » est comme un appel surgi d’un temps révolu. L’état des lieux est achevé, la boucle est bouclée. Nuit.

note : 6.5

par Fabien, chronique publiée le 19-08-2005

A voir également :

http://www.tesco-germany.com

?>