.:.Chronique.:.

Pochette

Supersilent

6

[Rune Grammofon ::2003]

Supersilent commence à avoir une belle réputation. Hébergé sur Rune Grammofon, label défricheur et découvreur de bizarreries en tout genre, Supersilent y trouve largement sa place. Tantôt jazz, tantôt kraut-rock, tantôt électronique froide et léthargique, le combo sait jouer sur plusieurs tableaux.

Comme à son habitude le groupe s’engage sur de longs morceaux (à l’exception de la cinquième plage) et emprunte des chemins sinueux et difficiles dignes des groupes allemands des années 70 que l’on qualifiait de Kraut-rock ou de planant.

Supersilent n’est pas un groupe facile d’accès au premier abord ; il ne l’a, d’ailleurs, jamais été. Mais il y a cette volonté du travail bien fait, de recherche et d’expérimentation qui est tout à leur honneur. Avec « 6 » n’espérez pas rester dans le réel. Vous aurez l’impression de pénétrer dans un monde ou tout va au ralenti. Une absence de rythme qui est parfaitement voulu et qui donne à l’album cette impression de froideur et de lenteur intemporelle. Supersilent nous fait grâce d’un album à rallonge qui, à force de nappes trop longues, aurait pu être des plus pénible. Il n’en est rien, heureusement.

Malgré une approche difficile « 6 » s’écoute avec une certaine délectation. Alors bien sur ce n’est pas le genre de disque que l’on écoute à n’importe quel moment de la journée. Il faut une certaine pré-disposition avant de s’atteler à un tel effort. Car oui ce disque nécessite un effort d’écoute, ce qui n’est pas plus mal dans ce cas. « 6 », donc : un disque pour ceux qui aiment les ambiances glacées et nordiques.

note : 7

par Fabien, chronique publiée le 27-09-2003

A voir également :

http://www.runegrammofon.com

http://www.ecmrecords.com

?>