.:.Chronique.:.

Pochette

Poto & Cabengo

s/t

[Karaoke Kalk::2004]

|01 Dylan Dog|02 Six Trees|03 Fifty K's|04 United Artists|05 Delta Farn|06 Life In San Diego|07 Sterretjes|08 Parkland|09 Suevian Rhapsody|10 The Wanderers' Song|11 One Of The Reasons|

Les chemins de Jens Massel et de Michael Cramm s’étaient déjà croisés au sein du projet Kandis, normalement incarnation du seul Massel. L’idée d’une collaboration plus approfondie entre les deux hommes a sans doute assez vite germé dans leurs esprits mais elle se devait de prendre une autre forme et un autre nom. Ce sera donc Poto & Cabengo, nom peut-être inspiré par le documentaire du même nom (1976) de Jean-Pierre Gorin qui nous fait découvrir deux sœurs qui se sont créé leur propre langage qu' elles seules sont en mesure de comprendre. La musique du duo serait-elle du même acabit ? Si la musique peut être perçue comme une forme de langage, celle de Poto & Cabengo n’est pas spécialement révolutionnaire. Elle serait même assez banale. Variant entre un folk d’antiquaire et des ritournelles électroniques savoureuses les deux hommes restent dans le commun des mortels. Cela n’empêche pas que ce disque reste plutôt bon. Sa capacité à engranger des morceaux aussi intéressants les uns que les autres est assez appréciable.

Sans vraiment avoir de compositions réellement renversantes J.Massel et M.Cramm réalisent un premier disque apaisé aux qualités mélodiques certaines. Bref un disque comme le label comme Karaoke Kalk sait en sortir. Notre cœur balance finalement. Doit-on noyer ce disque dans la masse des productions qui ont du potentiel mais qui ne convainc pas totalement ? C’est bien ce qui risque de se passer ici avec un bon premier album de Poto & Cabengo qu’on risque de rapidement oublier malgré tout ce qui peut faire sa force. Ce disque est un peu comme une B.O. de série B. On a du mal à croire qu’ils réussiront à franchir un palier supplémentaire, comme des éternels loosers qui se contentent de ce qu’ils savent faire. En même temps on peut très bien s’en contenter. Ce qu’ils font n’est pas forcément pire que ce que l’on peut entendre ici et là. Il y a mieux, certes, mais il y a aussi franchement pire. Et c’est peu de le dire.

note : 6.5

par Fabien, chronique publiée le 01-08-2005

A voir également :

http://www.karaokekalk.de

?>