.:.Chronique.:.

Pochette

Hood

Outside Closer

[Domino::2005]

|01 Int|02 The Negatives...|03 Any Hopeful Thoughts Arrive|04 End Of One Train Working|05 Winter 72|06 The Lost You|07 Still Rain Fell|08 L. Fading Hill|09 Closer|10 This Is It, Forever|

Il aura fallu quatre ans pour voir un successeur à Cold House. Dire que l’attente fut insurmontable serait mentir un peu. J’avais presque finit par croire que Hood avait disparu de la circulation. Et pourtant le groupe avait sorti l’année dernière The Lost You, un E.P. qui préfigurait bien le présent album. En réécoutant Cold House et The Cycle Of Days And Seasons il apparaissait évident que de négliger un tel groupe était un crime de lèse majesté. Ce groupe qui avait réussit à faire la synthèse entre le post-rock, l’électronica et le hip-hop était vraiment l’un de ceux à qui l’on promettait un avenir radieux. Cependant la formation emmenée par les frères Adams a toujours préféré la discrétion plutôt que de se laisser griser par un succès qui leur tendait les bras. Quoi qu’il en soit ce Outside Closer est plutôt le bienvenu et replonger dans l’univers automnale de Hood est le genre de délice qu’on ne saurait refuser pour tout l’or du monde.

Hood est fidèle au rendez-vous, tel qu’on l’avait quitté quatre ans auparavant. Enfin presque puisque la connotation hip-hop de Cold House semble s’être évanoui (ou presque) dans les méandres du temps. Seul subsiste ce savant mélange de rock-indie intello (ou post-rock, comme on veut) et d’électronica. Et encore les traitements, eux aussi, sont mis au second plan comme si on avait voulu remettre en avant une orchestration plus traditionnelle. Et cela semble marcher puisque ce disque est bien du même calibre, en qualité s’entends, que Cold House. La même harmonie et la même sérénité se dégagent de cet album. Le terrain est bien balisé et les compositions sont toujours de haute volée. Bref, c’est comme si rien n’avait changé et pourtant Hood a bien évolué. Si le groupe reste toujours attiré par les pochettes bucoliques et crépusculaires sa musique ne reste pas figée, se renouvelant à chaque album dans la mise en forme des morceaux. Un sample de Robert Wyatt pourrait presque faire penser que Hood n’est pas si éloigné d’un type comme lui. Aérien, léger, serein et au dessus de tout. Free chantait l’ex-Soft Machine. Cela correspond complètement à Hood.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 30-07-2005

A voir également :

http://www.hoodmusic.net

http://www.dominorecordco.com

.:.L'avis des autres rédacteurs.:.

Jeff : avis du rédacteur
rentboy : avis du rédacteur

?>