.:.Chronique.:.

Pochette

Lidell, Jamie

Multiply

[Warp::2005]

|01 You Got Me Up|02 Multiply|03 When I Come Back Around|04 A Little Bit More|05 What's The Use ?|06 Music Will Not Last|07 Newme|08 The City|09 What Is It This Time ?|10 Game For Fools|

Quel est le rapport qui existe entre Muddlin Gear et Multiply ? Aucun, il n'y en a absolument aucun si ce n’est son auteur. On se demande bien d’ailleurs ce qui a pu passer par la tête de Jamie Lidell. Ce qui est plus étonnant c’est que J.Lidell sorte ce disque sur Warp qui n’avait pas pour habitude de lorgner vers ce genre-là. Il faut bien vous dire qu’à présent Jamie Lidell fait dans le soul-funk et que tous ceux qui connaissaient son album précédent (Muddlin Gear) ou ce qu’il avait fait au sein de Super_Collider risquent d’en tomber à la renverse. Mais qu’est-ce que ce délire beckien ? Désire-t-il se prendre pour Stevie Wonder ou pour un Herbie Hancock des temps modernes ? On croit rêver. C’est peut-être la folie des grandeurs qui lui est montée à la tête, sorte de mégalomanie dévorante qui lui ferait croire qu’il pourrait endosser n’importe quel costume. Ou peut-être que le bonhomme est tout simplement un grand fan de soul et que faire un disque comme celui-ci était un fantasme qu’il désirait réaliser depuis trop longtemps.

Cependant vous savez ce qu’on dit des fantasmes. Les réaliser n’apporte pas toujours ce que l’on souhaitait. Enfin pour ma part je n’attendais rien et à l’écoute de ce nouvel album on a plus l’impression d’un exercice récréatif qui est fait par un type qui fait « à la manière de » comme si il se sentait obligé de ne pas dénaturer le travail de ses glorieux aînés. Passée la surprise on se dit qu’il doit bien y avoir quelque chose pour attirer notre attention. Techniquement on ne reprochera rien à ce disque : bien produit, bien interprété, on s’y croirait presque, Lidell collant ça et là quelques petites bidouilles histoire de donner le change mais rien d’extraordinaire non plus . C’est tout le reste qui ne va pas. Des compositions pas toujours convaincantes et parfois laborieuses, ce sentiment que J.Lidell est trop sage, qu’il n’essaye jamais d’aller plus loin que ce que le genre a érigé en dogme. Trop classique et stéréotypé pour qu’on accorde trop de crédits à ce Multiply. Jamie Lidell, en même temps que Warp, vient de prendre un risque énorme. Celui-ci sera-t-il payant ? Ce serait étonnant.

note : 3

par Fabien, chronique publiée le 28-07-2005

A voir également :

http://www.jamielidell.com

http://www.warprecords.com

?>