.:.Chronique.:.

Pochette

Battery Operated

Re.cord

[COCOS0L1DC1T1/Cargo UK::2005]

Le thème de la conspiration est une source d’inspiration inépuisable. On l’a mis à toutes les sauces et les paranoïaques de tous poils ont pullulé pour avancer des thèses plus farfelues les unes que les autres. Tout est alors prétexte pour voir ça et là la main du pire des complots fomentés par des formations plus ou moins occultes, plus ou moins gouvernementales. Bref, moins on en sait, plus on spécule. Et spéculer c’est bien ce qu’a demandé Battery Operated à dix artistes qui se sont mis à donner forme à l’idée qu’ils se faisaient du concept de conspiration. On retrouve alors pèle mêle des gens comme Richard H.Kirk, Frans De Waard (Goem), Kurt Ralske (Ultra Vivid Scene) ou Pretty Boy Crossover (Surgery) pour les plus connus. Les morceaux ainsi envoyés sont remixés par le trio franco-anglais et prennent place sur la partie cd du projet. La deuxième partie est la mise en image de ces théories qui sont proposés par un dvd et sur lequel on retrouve la bande son du cd. Au départ ce n’était qu’une malheureuse boîte noire qui a été envoyée et qui a été remplie au fur et à mesure par les dix artistes destinataires. Quand Battery Operated a récupéré ladite boîte ils furent en mesure de transformer tout ce qu’il y avait de matière sonore et vidéo.

Le résultat est ce Re.cord, objet conceptuel s’il en est, qui peut ravir tous ceux qui s’intéressent tant à la musique électronique qu’aux arts visuels. La partie cd est un véritable condensé des capacités d’une électronica qui se voudrait subversive. Pourtant celle-ci n’est jamais agressive. Toujours subtile, elle délivre un message aussi inquiétant que ludique. Quand on associe la musique à la partie vidéo, le sens qu’on peut leur donner devient alors plus qu’évident. D’ailleurs on aurait pu ne se contenter que du dvd avec sa bande son. Les différentes visions du thème de la conspiration sont traitées avec une sorte de lucidité qui ferait presque froid dans le dos. Ce serait donc cela la société qui nous attend ? Si cela se trouve nous vivons déjà dans un monde à la 1984. Ca y est la paranoïa me gagne. Si on se doute que ce projet a une part de dérision, il met au moins le doigt sur un des maux de la société moderne. En même temps c’est aussi un disque contre toute forme d’autoritarisme ou d’ingérence, choses qui finissent toujours par resurgir à un moment ou un autre. Le problème est de savoir quand.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 13-07-2005

A voir également :

http://www.re-cord.net

http://www.cocosolidciti.com

?>