.:.Chronique.:.

Pochette

Youngs, Richard

River Through Howling Sky

[Jagjaguwar::2004]

|01 Fountain Of Light|02 Blossom|03 Sky Is Upon You|04 Red Cloud Singular|

Depuis ses débuts prometteurs sur No Fan Records puis sur Table Of Elements (un disque, d’ailleurs, que Jagjaguwar a réédité l’année dernière) la carrière de l’anglais Richard Youngs est plutôt discrète malgré des réalisations plus qu’honorables. Aujourd’hui hébergé par le très bon label Jagjaguwar le quotidien du Britannique ne semble pas avoir changé d’un iota. Adepte d’une musique difficile, contemplative et résolument hors du temps, Richard Youngs nous donne avec cette dernière livraison un aperçu de sa démarche torturée et mélancolique. Avec un chant presque chamanique et une guitare que l’on croirait désaccordée c’est dans des ambiances mystiques et crépusculaires que nous emmène ce musicien atypique. Ce disque est une zone de mystères où R. Youngs semble se confier ou offrir la face cachée de son personnage. La lenteur prédomine alors tout au long de cet album mais en aucune manière on pourra y trouver le moindre instant d’apaisement. Tout y est pesant, oppressant, une espèce de tranquillité morbide et inquiétante comme peut l'être une eau stagnante putride. Pourtant tout n’est pas si noir. On arrive à y déceler comme une once de vie, la petite lueur dans tous ces abysses histoire de dire que Richard Youngs a encore une part d’humanité.

River Through Howling Sky est sans doute proche d’un Dead Man de Neil Young, la B.O. du film de Jim Jarmusch. Les ambiances irréelles sont quasiment semblables, comme si nous étions dans un no man’s land où la vie n’est qu’embryonnaire. Donc oui, ce disque est à prendre avec des pincettes et sa particularité risque d’en rebuter plus d’un. Mais il est fort à parier que R. Youngs y est habitué depuis le temps. Depuis ses premiers enregistrements (Advent) en 1988 (mais publiées d'abord par No Fan Records en 1990 puis, sur le tard, par Table Of Elements en 1997 et, enfin, Jagjaguwar en 2004) l’Anglais n’a jamais fait dans la facilité cherchant toujours les recoins les plus sombres pour créer des disques hors normes. Un disque à écouter à vos risques et périls mais dont vous pouvez ressortir grandi.

note : 7

par Fabien, chronique publiée le 12-07-2005

A voir également :

http://www.jagjaguwar

?>