.:.Chronique.:.

Pochette

Morceaux_De_Machines

Estrapade

[No Type/Metamkine::2005]

|01 Fonçage De Pieux|02 Onanisme|03 Placenta Compressa|04 Triple Fermentation|05 Trépanation|06 Omlegging|07 Tromocrates|08 Estrapades|09 Sélavy|

Morceaux_ De_ Machines. En voilà un groupe qu’il est bien. En plus ils font des disques qui eux aussi sont biens. C’est quand même formidable. Voilà, on pourrait se contenter simplement de ça et vous pourriez me croire sur parole. Cela aurait eu l’avantage de me rendre service. Mais je sens que la curiosité vous chatouille et, Dieu me tripote, comme dirait l’autre, je vais tenter d’expliquer ce qu’est le projet Morceaux_ De_ Machines et vous dire pourquoi c’est tellement bien. Ce qui pour moi, soit dit en passant, est une torture de tous les instants. Enfin bon, je dois être masochiste puisque j’aime ça. D’ailleurs pour écouter Morceaux_ De_ Machines il faut sans doute avoir un petit côté maso. Ce projet initié par Erik D’Orion et A_dontigny est le type même de l’aventure musicale abrasive qui, sans faire aucune concession, se donne les moyens d’aller le plus loin possible dans l’extrémisme sonore. La musique du duo est faite essentiellement d’improvisations et lorgne vers un univers des plus noisy avec des escapades vers la musique concrète. Mais globalement c’est le bruitisme qui tient le haut du pavé.

Qui dit bruitisme ne dit pas fatalement chaos. Morceaux_ De_ Machines donne une structure et une direction à chacune de ses créations. On ne part ainsi jamais dans l’inconnu même si on s’enfonce rapidement dans des ambiances obscures. Epaulés par Otomo Yoshihide, Martin Tétreault et Diane Labrosse sur quatre titres ("Placenta Compressa", "Trépanation", "Omlegging" et "Sélavy") les deux improvisateurs se font les dignes successeurs d’une mouvance brutale et intense dont des formations comme Ground Zero (dont Otomo Yoshihide fait partie) ou Merzbow sont certainement des influences majeures. Dans cet apparent magma sonore se dégagent des formes complexes et intenses qui interpellent rapidement les sens tout en ne vous prenant jamais dans le bon sens du poil. Morceaux_ De_ Machines bouscule, détruit, reconstruit, malaxe les sons avec une évidente volonté de créer une architecture peu commune. Avec leurs influences post-industrielles, les deux hommes continuent sur leur lancée en poussant leur logique bruitiste jusqu’à ses extrêmes limites. Quand je vous disais que ce disque était bien…

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 05-07-2005

A voir également :

http://www.notype.com

?>