.:.Chronique.:.

Pochette

Hrsta

Stem stem in electro

[Constellation / Southern::2005]

Une sortie Constellation, même si ça ne fait plus autant d’effet qu’il y a trois ou quatre ans, ça reste un petit événement. Hrsta (prononcez à l’anglaise: ‘hursh-tah’) sont tout jeunes signés sur le label. Leur précédent album, L’éclat du ciel était insoutenable était lui, sur Alien8. Evidemment tout ce collectif est made in Montréal. On y retrouve des membres de Godspeed (évidemment), Esmerine, Set fire to flame et des proches de toute cette scène. Mike Moya, membre original de GY! BE, est à l’origine de cette aventure. En tout six membres, pour une instrumentation typique Constellation : beaucoup de cordes, guitare, basse, piano, batterie. Depuis le premier disque la composition du groupe a légèrement changé avec la venue bonifiante de Beckie Foon (Esmerine, Set fire to flame…) accompagnée de son violoncelle et de sa voix, et celle de Sophie Trudeau (GY! BE, The Arcade Fire…), violoniste hors pair dont les arrangements sur ce Stem stem in electro sont à la fois discrets et cruciaux. Huit morceaux lents et obsédants aux titres toujours un peu barrés. La première partie du disque repose sur des invocations shamaniques proches de la transe. Les voix aidant pour beaucoup à cette hypnose, comme un rituel indien ou une messe noire. La deuxième partie du disque débute sur le morceau phare de ce disque : Swallow’s tail, qui en justifie à lui seul l’achat. Envoûtant et magnétique avec cet arpège sinistre de guitare métallique qui ouvre une fin d’album plus éthérée et bruitiste. Une sortie donc importante qui donne un coup de jeune et permet une fois de plus au mythique label de garder sa renommée quelque peu affaiblie ces dernières années.

note : 8

par jean marc, chronique publiée le 29-06-2005

A voir également :

http://www.hrsta.org/

http://www.cstrecords.com

?>