.:.Chronique.:.

Pochette

Golden Birds

Carrier

[Paranoid Records::2005]

|01 Things don't Fall Apart|02 Portrait of the Pedophile as a Young Man|03 Sugarbear|04 Mirrors / Coyote / Thermometer / Lions|05 You think you're a Hypochondriac|06 Andre the Giant and Cool "Disco" Dan|07 Sioux Falls|08 Flesh|09 On Fire|

Qu’il est agréable, lors de l’écoute interminable d’une énorme pile de CDs de tomber sur un disque comme celui-là. Un coup d’œil sur la bio qui me parle de post-rock alors que mes oreilles ne sont pas du tout d’accord, me pousse à ranger celle-ci illico. Juste le temps de noter que le groupe existe depuis 2003, qu’ils sont californiens, qu’ils s’appelaient auparavant Carrier (d’où le titre de ce premier vrai album) et qu’ils ont tourné au mois d’avril dernier avec A Day in Black & White.

Oublions donc cette bio, et laissons-nous emporter par cette musique aux nombreuses influences. Encore un exercice de style que je n’affectionne pas particulièrement, et qui se révèlera forcément bien en-dessous de la réalité. Disons dans un premier temps qu’il s’agit de “rock indé”. Rock pour les guitares aux riffs détonnants, pour la basse qui claque et pour la batterie survoltée. Indé pour l’esprit de fraîcheur qui s’échappe de ces compositions. Mais au détour des morceaux, on entendra aussi les balancements propres au dub, des sursauts de hip-hop, ou encore des rythmiques plus électro. Autant de variantes qui empêchent cet album de sombrer dans la monotonie.

Mais je crois que ce qui fait la force de ces neuf titres, c’est le chant. Quasiment toujours doublé, souvent à l’unisson, mais parfois en voix décalées, qui donnent une force particulière à la mélodie, par cette poursuite entre les deux voix. Une sorte de désespoir s’en échappe alors, dans lequel on se fait un plaisir de tomber. Et au moment où j’appuie encore une fois sur la touche play, je suis prise d’un grand regret : si j’avais écouté cet album un mois plus tôt, je serais allée les voir en concert… Vivement leur prochain passage !

note : 8

par Claire, chronique publiée le 30-05-2005

A voir également :

http://goldenbirds.com/

http://www.paranoidrecords.net/

?>