.:.Chronique.:.

Pochette

Percevalmusic

Viescolaire

[Collectif Effervescence::2005]

|01 Célérité|02 Vaillant|03 Mon miraille|04 Eau forte|05 Coeur de rocker|06 Retour de flamme|07 Verjus|08 Victorieux|09 Quatre vents|10 Toute puissante|11 Mon maître|

Ce disque, à la première écoute est un grand mystère. Percevalmusic. Un nom qui parait bien celtique. Idée renforcée par la forêt (de Brocéliande ?) de la pochette. Viescolaire. Un titre qui sonne tellement contemporain, à l’opposé du nom du groupe. Les titres des morceaux pourraient tous être les titres de chapitres pour une histoire épique, ou une quête, s’il n’y avait pas ce “Cœur de rocker” qui venait tout perturber. Défrichons. Percevalmusic est un projet du guitariste de Chevreuil. Voilà quelque chose de concret. Parce que sa musique est beaucoup plus abstraite. Des boucles et des boucles qui se superposent, à l’endroit et à l’envers. Pas vraiment celtiques. Des instruments les plus divers : du violon au clavecin, en passant par la batterie, la basse, la guitare ou l’accordéon ; et d’autres instruments non identifiés. Pas de chant sur cet album. Seulement des morceaux instrumentaux. Sauf pour “Retour de flamme”, morceau central de l’album, se terminant par une énumération de groupes assez mystérieuse, où on passe sans complexe de AC/DC à Frankie Vincent à Balavoine à Megadeath à Didier Barbelivien à Chevreuil… Une voix complètement distordue viendra aussi troubler la fin de “Toute puissance”.

Même après plusieurs écoutes, ce disque est resté pour moi un grand mystère. Je suis persuadée qu’il existe une clé permettant, à défaut de déchiffrer, au moins d’apprécier cet album. Peut-être s’offrira-t-elle à vous, mais moi je ne l’ai pas trouvée. J’ai essayé pourtant, mais le déclic ne s’est pas produit. Je suis désolée.

note : 3

par Claire, chronique publiée le 30-04-2005

A voir également :

http://www.collectif-effervescence.fr.st

.:.Un autre regard.:.

Attention ce disque est un OVNI. Alors que l’aventure Chevreuil semble être en suspend, son guitariste en profite pour donner vie à son projet Percevalmusic avec un premier disque hors norme. Connaissant les disques de Chevreuil on pouvait d’ores et déjà s’attendre à quelque chose de très peu académique de la part de Percevalmusic. Nous sommes donc servis. Il est difficile de définir ce disque tant il brouille les pistes, mêlant les influences de musiques contemporaines tendance Philippe Glass, le post-rock et les intonations no-wave. On va d’ailleurs de surprises en surprises. Percevalmusic passe, en effet, allègrement de morceaux répétitifs et hypnotiques à d’autres qui sont soit plus lourds et carrés, soit plus lyriques ou plus mélodiques. Percevalmusic ne peut se satisfaire d’une musique confortable. Il bifurque, prend des chemins de traverses, fonctionne par énigmes, ranime des sentiments enfouis depuis trop longtemps. En somme notre homme ne berce pas dans le conformisme. A aucun moment on ne peut prédire quelle est la direction que prendra cet album et il serait hasardeux de donner une étiquette à ce Viescolaire.

Si Perceval le Gallois avait pour quête le Saint Graal, celle de Percevalmusic est d’un ordre bien différent. Il n’y a pas de recherche spirituelle ici, encore moins de parcours initiatique mais plutôt une volonté de créer une musique qui se veut aussi héroïque qu’inquiétante. Percevalmusic prend de la hauteur, non pas qu’il nous snobe mais il y a ce besoin de se situer hors du champ de perception que l’on peut avoir de la musique pour alimenter le côté un peu merveilleux de ses compositions. Au premier abord on croit tout de même avoir affaire avec un fou mégalomane qui use d’une grandiloquence et d’une arrogance à peine malsaine. Bien au contraire Percevalmusic est le projet d’un passionné, d’un homme qui ne se borne qu’à élaborer une musique qui sort des sentiers battues en prenant des risques inconsidérés. Viescolaire est donc de ces disques à fleur de peau, ambigus et anormalement beaux qui aiguisent notre appétit de découvertes. On ne va quand même pas cracher dessus.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 30-04-2005

?>