.:.Chronique.:.

Pochette

Fisherspooner

Odyssey

[Capitol::2005]

Fisher & Spooner se sont rencontrés dans une école d’art à Chigaco puis se sont perdus de vue. C’est à NYC qu’ils se sont revus pour monter une émission de télévision. Une fois le projet lancé, le duo a composé la musique, et s’est rendu compte des possibilités énormes de leur collaboration. Cette alliance a abouti sur la sortie de « #1 », excellent premier album de musique électronique sorti chez Gigolo. A la fois électronique, techno, arty, Fisherspooner réussissait donc à se placer dans tous les clubs et sur toutes les radios du monde. « Emerge » est devenu un tube interplanétaire. Et puis après quelques lives pas très bien menés, le duo s’est enfermé pour construire la suite de leur aventure. Passer le cap du premier album et démontrer que Fisherspooner n’est pas seulement un effet de mode : voilà le pari difficile du duo pop arty. Et dès les premières écoutes, « Just let go », « Cloud », « A Kick in the teeth » sont de séduisantes pop songs bien envoyées. « Never Win » pourrait être la version futuriste du « The Wall » des Pink Floyd, et séduit aussi par son efficacité immédiate. Les mélodies sont catchy, et ce « Odyssey » marque une réelle évolution dans la jeune carrière du duo. Car Fisherspooner n’a pas fait l’erreur de pondre un album similaire à leur premier succès, mais a pris le risque de réévaluer sa musique pour lui donner plus de relief. En conservant son aspect électronique, le duo a rendu son art encore plus facile à pénétrer grâce à des chansons pop simples et directes. Le problème, c’est que le niveau ne cesse de baisser au fil des titres, et qu’à peine à la moitié, il devient de moins en moins accrocheur. En tout cas, après deux disques, Fisherspooner a déjà de quoi sortir un best of, et il serait très bon.

note : 8

par dorian, chronique publiée le 26-04-2005

A voir également :

http://www.fischerspooner.com

?>