.:.Chronique.:.

Pochette

Terminal 11

Illegal Nervous Habits

[Cock Rock Disco / Chronowax::2005]

Après les fous furieux de Duran Duran Duran le label de Jason Forrest, Cock Rock Disco, lance sa deuxième référence en la personne de Mike Castaneda aka Terminal 11. Ce dernier a dû être secoué dans le même bocal et sort un album au bord de la crise de nerfs. C’est à se demander si Jason Forrest ne va pas chercher ses protégés dans l’asile d’aliénés le plus proche. A croire qu’il faut être foncièrement fou pour créer un tant soit peu de musique. Mike Castaneda, dans son délire cut-up et sampling, ambitionne sans doute d’enterrer tous les Aphex Twin de la terre. Illegal Nervous Habits est tout et n’importe quoi, mené à toute allure ce disque est comme un bateau ivre, tanguant dans tous les sens mais à une vitesse à donner le tournis. Comme ses camarades de label Duran Duran Duran, Terminal 11 massacre sans complexe tout ce qui a pu lui tomber sous la main. C’est une démolition systématique mais, en même temps, il en ressort des formes musicales, certes brutales, mais non sans intérêts.

De cette apparente folie il apparaît une logique structurelle complexe et fouillée. Rien n’est dû au hasard. Chaque sample est à sa place et tient un rôle déterminant. On pourrait appeler cela de la musique fast-food sans que cela ne soit interprété de manière péjorative. A l’époque où tout le monde vit à cent à l’heure, Terminal 11 nous assène un flux surdosé de sons divers et variés qui n’ont pas forcément à voir les uns avec les autres. L’Américain fait coexister les contraires avec une réussite étonnante sans que l’on soit le moins du monde surpris. Ce disque est alors un jeu de dupe. Aux premiers abords il apparaît comme déstructuré mais chacun des morceaux répond à des codes précis. On sort des sons de leurs contextes, on les malaxe, on les coupe, on les triture et on les assemble de manière raisonnée. Il n’en demeure pas moins que ce disque est conduit de telle manière qu'on sent que M. Castaneda n’a certainement pas envie de perdre son temps dans de sempiternelles digressions électroniques foireuses. Le bonhomme ne se prend pas au sérieux et c’est bien mieux comme ça.

note : 7

par Fabien, chronique publiée le 23-04-2005

A voir également :

http://www.terminal11.com

http://www.cockrockdisco.com

?>