.:.Chronique.:.

Pochette

PXP

Nada

[Dekorder/Metamkine/Mange Disque::2005]

Oubliez tout ce que vous avez appris sur la musique. Avec PXP cela ne sera guère nécessaire car ce deuxième album n’a rien de commun et n’a pas pour vocation de respecter le moindre code. Pour faire simple on dira que Nada est un disque mutant, dont les métamorphoses sont nombreuses et se présentent souvent comme des excroissances sonores bruyantes, apparemment déstructurées (les apparences sont parfois trompeuses) et qui partent dans de multiples directions. Pourtant tout avait commencé dans le calme avec un premier morceau serein, mélodique aux sonorités cristallines. Dès la deuxième plage on comprend tout de suite que l’on s’est fourvoyé et que PXP ne fait pas dans la musique de salon. Celle-ci est un peu comme du papier mâché. Une espèce de texture aux contours difficilement identifiables et sans cesse changeant. Sachant être autant minimaliste que maximaliste, PXP semble parfois se perdre dans un univers électronique à géométrie variable. Mais peut-être n’est-ce là qu’une manière de brouiller les pistes.

Dans un esprit totalement néo-moderniste, PXP pousse ses machines jusque dans leurs derniers retranchements. Chaque morceau est comme une exploration intérieure qui peut révéler des sentiments multiples. Pouvant être à la fois dérangeant et apaisant Nada se pose comme un disque tout à fait déroutant. L’homogénéité est une inconnue ici, dans ce laboratoire conceptuel. Jamais PXP ne donne l’impression qu’il veut s’adonner à la moindre facilité. C’est donc à l’auditeur de s’impliquer pleinement dans des morceaux aux structures géométriques et cassantes mais qui peuvent révéler une musique des plus fascinantes. Nada est certes un disque difficile à ne pas mettre dans n’importe quelles mains. Il faut que celles-ci soient expertes pour apprécier un album aussi halluciné que celui-ci. Quoi qu’il en soit dans le style musique électronique expérimentale, Nada tire très largement son épingle du jeu et redonne un peu de souffle à un genre qui a parfois du mal à digérer ses propres concepts.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 20-04-2005

A voir également :

http://www.dekorder.com

http://barely.a.live.fm/d/

?>