.:.Chronique.:.

Pochette

Comets on fire

Blue cathedral

[subpop::2004]

Ca fait longtemps que vous n’avez pas écouté du rock un peu heavy, je me trompe ? Du rock lourd et inertiel qui vous emporte comme un énorme torrent. Comets on fire ont ça au programme avec ce Blue Cathedral. Du gros son à l’image du titre d’intro The bee and the cracking egg (sans rapport ce titre d’ailleurs …). Une batterie pas spécialement rapide mais prête à galoper comme un rugbyman à tout moment, une basse monstrueuse qui joue la rythmique avec des gros riffs rageurs de guitares d’un autre temps. Le tout enveloppé dans des délires psychédéliques façonnés à grands coups d’echoplex et/ou de saxo. Il y a aussi un peu de chant mais était-ce bien utile ? Tout le disque n’est pas dans la lignée de ces presque huit premières minutes de délire sauvage. Ca se calme un peu laissant même percer quelques arpèges mais toujours cette lourdeur dans le son, cette inertie qui une fois lancée ne semble pas pouvoir être stoppée. Vous courez sur la plage, hop une accalmie dans une série et vous sautez à l’eau allongé sur votre planche. Vous pagayez, c’est dur mais vous aimez ça. Le point de cassage et un peu plus loin et vous vous approchez petit à petit avec vos petits bras et à-coups de canards. Quelques minutes/secondes de calme histoire de reprendre son souffle et ça semble arriver derrière. Vite on se prépare c’est au moins du cinq mètres… mais vous êtes mal placé. Trop en avant, dommage, ça casse une demi-seconde trop tôt et vous priez en attendant ne sachant pas trop quoi faire. Une machine à laver, vous êtes retourné dans tous les sens et rien ne sert de résister c’est trop lourd pour vous. Ouvrez les yeux! Le disque est terminé et non ce ne sont pas des led zeppelin surexcités qui auraient abusé de la basse et de l’écho bruitiste et nébuleux que vous avez entendu: ce sont les Comets on fire. Sans doute l’unique déferlante de cinq mètres qui vous est accessible. Le concentré du meilleur du rock 70’s version poids lourd bruyant.

note : 8.5

par jean marc, chronique publiée le 14-04-2005

A voir également :

http://subpop.com/scripts/main/bands_page.php?id=430

?>