.:.Chronique.:.

Pochette

Death Cab For Cutie

The Photo Album

[Barsuk::2001]

Dans cet album, chaque titre est une variation.

Tout en légère nuance, les rythmiques coulent, vont et viennent comme un cycle, le chant est doux et lointain, chaque sons en accompagne un autre avec courtoisie, pas de vedette : chant, guitare, batterie, orgue arborent la même couleur diluée, a la limite de la noyade.

On hésite entre la timidité ou une espèce de distance alors c’est pas évident de se laisser bercer. Deux titres ressortent cependant. « Movie script ending » est l’alchimie parfaite de «the photo album », comme une vitrine, cette chanson est parée des plus beaux moments de l’album : une fragilité voilée, une pudeur des émotions, c’est un hymne aux amours longue distance, un petit texte parfaitement illustré. « Styrofoam plates » suit le même schéma.

On ne peut pas dire qu’il n’y a que deux chansons qui font mouche dans cet album. « the photo album » mérite juste une écoute différente. Ne pas chercher la perfection. Apprécier l’endurance, la discrétion, la préciosité des longueurs.

La musique de Death Cab For Cutie n’envahit pas tout l’esprit, elle y prend une petite place et se fond aisément avec les préoccupations du moment. Pas de grande originalité donc, mais un parti pris qui fonctionne.

note : 7

par Drew, chronique publiée le 27-09-2003

?>