.:.Chronique.:.

Pochette

Viner, David

This boy don't care

[Loog ::2004]

|01 sick and tired of being on my own|02 you'd think it'd get a little easier|03 goblin in my breads|04 nobody's business|05 don't take it to heart|06 lay me down|07 seven years|08 my house, my home|09 i'm getting married in the spring|10 bird whistle|11 high horse blues|12 this boy don't care|13 please thnink of me|14 viner's outro|

Voilà quelques mois déjà que le second album de David viner est sorti…et qui s’en soucie ? Peu de monde malheureusement…malheureusement oui, car ce jeune homme a du talent et il serait dommage de ne pas entendre ces notes de blues, ce folk encore plus abouti q’aux premières heures.

Dans la lignée des blues men chéris des temps passés, David Viner nous compte des histoires, des histoires ordinaires, loufoques et cocasses. Il nous joue le folk des cabarets d’antan avec une aisance qui frise l’arrogance. Et oui, il semble bien que David Viner s’en fou. Il joue parce qu’il est passionné et n’en attend pas un tolet d’applaudissements et de reconnaissance… « il trace sa route » comme on dit. Mais le succès pourrait venir aussi soudainement que son premier album, le surprendre autant qu’il parvient à le faire avec son auditeur.

Ce natif du Nord de Londres souffle le Mississippi ! Il agrémente aujourd’hui son jeu avec un groupe, formé notamment par l’un des Soledad Brothers. Mais David Viner peut accomplir des miracles simplement avec une guitare et son chant. Sa voix est son principal, son précieux instrument. Avec elle, on se ballade le sourire aux lèvres.

David Viner fera découvrir à tous ceux qui n’ont jamais écouter les albums poussiéreux des férus de musique noire ce qu’est la soul. Il le fera dans la plus moderne des traditions : un blanc qui joue de la soul musique à Londres.

note : 7.5

par Emilie, chronique publiée le 10-04-2005

A voir également :

www.mrdavidviner.com

.:.L'avis des autres rédacteurs.:.

Vivien : avis du rédacteur

?>