.:.Chronique.:.

Pochette

Various Artists / Daniel Johnston

The Late Great Daniel Johnston Discovered Covered

[Gammon records::2004]

On avait laissé Daniel Johnston enter les mains de Mark Linkous, fier aventurier des temps modernes, souvent appelé à la rescousse des nécessiteux pour décorer les living mornes, aux tapisseries musicales plus qu'inégales ( A Camp, Cracker…). Mais le talentueux Linkous est plus respecté pour ses découvertes et ses propres œuvres que pour les ravalement de façade…Par contre, fidèle en amitié, il n'a pas oublié que son ami, en mal de reconnaissance, était admiré par une grande partie de la scène indé et mainstream mondiale, du Bowie qui guette ses prestations scéniques à Beck qui n'a jamais caché son admiration pour le bonhomme. La grande qualité de ce disque, outre sa duplicité, c'est qu'il permet de découvrir les capacités de composition du texan fou, lui qui s'est bâti une légitime réputation d'inaccessibilité à force d'enregistrements crasseux et de live anarchiques. Car une fois les chansons décapées, démontées au service après vente et recalibrées pour les oreilles occidentales habituées à de plus gentillettes mélopées, la révélation s'opère. Le symbolique " My life is starting over again" par le Teenage Fan Club et Jad Fair entame tout naturellement le disque, et l'enthousiasme remplace immédiatement l'appréhension. Clem Snide suit de près et se retrouve parmi les noms que l'on retiendra dans l'histoire, avec ceux des grosses pontes qui font ici de l'ombre aux plus obscures parties. Eels, Bright Eyes, Tom Waits, Vic Chesnutt, et forcément Sparklehorse, avec les Flaming Lips, se montrent inspirés, magnifiant un matériau brut qui ne demandait qu'un peu de moyen et de savoir faire pour briller. Death Cab For Cuttie parviennent pourtant à décrocher la palme de la meilleure interprétation ( Death Scream )…puisque la comparaison avec les chansons originales est inévitable, le second CD comprenant les versions de base, quelque peu destructurées. Si après ça Johnston n'arrive pas à vendre ses jolis peintures de Captain America…

note : 8

par drezco, chronique publiée le 29-03-2005

A voir également :

http://www.hihowareyou.com/

http://www.gammonrecords.com/

?>