.:.Chronique.:.

Pochette

Chevron

Everything's Exactly The Same

[Planet Mu/La Baleine::2005]

|01 Swimmin' Lessons|02 Running Out Of Time|03 Cyberia|04 London|05 Optic Realisation|06 Bathyscaphe|07 Rudi The Techno Pioneer|08 Kingdom|09 Power Of Eternia|10 Polyphonic Ringtone|11 I Remember|12 Going Out My Head|13 Dutty Goes To Blockbusters|14 Emails And Viruses|

Parfois trouver des informations sur des artistes qui sortent leur premier album relève du parcours du combattant. Alors que pour d’autres, hype aidant, elles abondent, pour des types comme Jonathan Valentine le quasi néant est de rigueur. Internet est peu loquace à son sujet et la note de presse, maigre, n’est pas plus engageante. Peu importe, Jonathan Valentine est Chevron et c’est à peu près tout ce dont on sera en droit de savoir. On fera avec.

Ce premier disque est sous le signe de la diversité tant les morceaux ont des thématiques différentes. Leur seul point commun est cette production technoïde loufoque qui sait intégrer des ingrédients les plus variés. Everythings Exactly The Same offre donc de multiples visages ne sachant pas vraiment quelle direction a voulu prendre Valentine. Enfin en apparence puisque le propos de Chevron est de dire que malgré ce qui nous semble différent tout serait basé sur la même chose, tout aurait les même fondements. Point de vue discutable mais sans doute pas indéfendable. En tout cas cela peu servir d’excuse pour distiller des morceaux qui font un tour d’horizon d’une certaine idée de la musique électronique. Une musique électronique rentre dedans qu’elle soit jungle, breakcore, futuro-kraftwerkienne ou cartoonesque.

C’est peut-être aussi une vision du monde moderne, que sais-je ? Je ne vais tout de même pas me lancer dans des suppositions hasardeuses. Ce qui est sur est que l’album de Chevron est assez plaisant même si cette volonté de partir un peu dans tous les sens lui joue parfois quelques tours. L’essentiel reste là. Everything’s… est bien moins fouilli que ce que les premières écoutes avaient laissées supposées. Un album qui est bien dans la tradition du label Planet Mu. C’est toujours surprenant sans être exceptionnel pour autant. En tout cas Chevron ne nous prend pas pour des imbéciles et ne nous caresse jamais dans le sens du poil. Bonne livraison.

P.S. : le hasard fait quand même bien les choses. Ce disque est sorti le jour de la saint Valentin. Saint Valentin…Jonathan Valentine… clin d’œil. Ils sont futés chez Planet Mu.

note : 7

par Fabien, chronique publiée le 12-03-2005

A voir également :

http://www.planet-mu.com

?>