.:.Chronique.:.

Pochette

Blue States

The Soundings

[Memphis Industries/PIAS::2004]

|01 Across The Wire|02 For A Lifetime|03 Ten Shades|04 One Night On Tulane|05 The Last Blast|06 Output|07 Final Flight|08 Alright Today|09 Leaning It|10 Sad Song|

J’ai toujours eu un peu de mal avec les disques de pop sophistiquée même si j’apprécie des types comme Rufus Wainwright. Souvent à la limite du pompeux et de la fumisterie intellectuelle elle ne contente que les faux dandys, les pic-assiettes du bon goût et les parasites du prêt à penser. Si ce troisième disque d’Andy Dragazis, par ses rondeurs et ses arrangements alambiqués, peut séduire il n’en demeure pas moins qu’il faut le prendre avec des pincettes. Si ce disque paraît avoir fait une certaine unanimité il faut tout de même faire attention. Une trop nette évidence dans les mélodies ça paraît louche. La nouvelle formule employée par A.Dragazis (la troisième en trois disque) semble enfin porter ses fruits. Des morceaux fédérateurs qui se voudraient comme des hymnes imparables et qui sont appelés à devenir des classique. Enfin c’est que l’on pourrait croire. Le hic c’est les trop évidentes références à un passé pop british à l’omniprésence étouffante qui pousse parfois le duo à bon nombre de maladresses et à quelques excès de grandiloquence.

Alors évidemment ce disque est comme une immense déception. Tout le monde semblait être d’accord sur ce disque. Un consensus inébranlable qui ferait presque passer ses contradicteurs pour de sombre crétins. Pourtant il n’y a pas de quoi sauter au plafond. The Soundings possède pas mal d’écueils et certaines lourdeurs n’ont pas su être évité. Certains morceaux sont même exécrables comme ce One Night Of Tulane, boursouflure infecte de maniérisme et d’une crânerie sans borne. Le faux rythme adopté ici et la production trop riche finit pour nous amener à saturation. De là à penser que cet album a été très largement surestimé, il n’y a qu’un pas que je franchirai sans trop de problèmes. La méfiance est de rigueur et plutôt deux fois qu’une. The Soundings n’est rien qu’un album trop gentil, trop consensuel dont les risques sont trop calculés et qui ne surprend qu’à de rares moments. Ne croyez pas ce que l’on vous dit, vous n’avez pas affaire au chef d’œuvre de l’année. Tout au plus à un disque sympathique aux ambitions limités.

note : 5.5

par Fabien, chronique publiée le 11-03-2005

A voir également :

http://www.bluestates.com

http://www.memphis-industries.com

?>