.:.Chronique.:.

Pochette

Lambent

These Days

[Expanding Records/Chronowax::2005]

|01 Windless Harbour|02 Fligt To Ishigaki|03 Clockwork Jellyfish|04 Switch Off. Sit Down|05 Under Leaves|06 Our Winter Theme|07 Southcoast/Seagull|08 Drive Back|

Sorti en même temps et sur le même label que le sympathique premier disque de Monoceros, ce projet initié par Akira Inagawa, japonais de son état et actuellement basé à Berlin, est bien dans l’air du temps. Ce spécialiste de l’électronica, qui a partagé la scène avec des figures comme Andreas Tillandier, Arovane, Fluxionou Jamie Lidell, sort un disque bien de son époque qui mêle sampling et synthétiseurs. Modernité quand tu nous tiens. Sur des ambiances débonnaires Lambent déroule sans trop se fatiguer une musique électronique aux rythmes moelleux et répétitifs. C’est sans doute le but avoué que de ne pas trop secouer les neurones avec cet album. La production cristalline et des morceaux aux effets anesthésiants vous y aide beaucoup. Finalement on peut se faire facilement avoir, se laisser transporter sans efforts et sans mauvaise conscience. Pourtant ce disque ne propose rien de vraiment exceptionnel. Dans le genre il serait même assez banal répétant ce que l’on a déjà peu entendre sur des labels allant de Warp à Kompakt. Mais voilà la sauce prends et sans trop de difficultés apparentes.

Faut-il rappeler que le bonhomme a été à bonne école en rencontrant à Londres les gens du label Insine et en faisant parti intégrante de la scène électronique berlinoise. Cela aide à se forger quelques habitudes ainsi qu’une expérience non négligeable. Une expérience, cependant, qui pèse lourdement sur ses compositions ce qui les rends tellement ressemblantes à d’autres choses. Du coup on ne sait sur quel pied danser. D’un côté on arrive à apprécier ce disque sans prétention, de l’autre on se rend bien compte qu’il n’apporte, au bout du compte, pas grand chose. Le risque est que ce disque ne laissera sans doute pas un souvenir impérissable et viendra s’empiler sur la colonne de galettes que l’on écoute qu’avec parcimonie en se demandant à chaque fois à quoi cela peut bien ressembler. C’est sans doute injuste mais je ne me fais pas trop d’illusions. Pour l’instant j’apprécie l’instant présent en attendant de passer à autre chose.

note : 6.5

par Fabien, chronique publiée le 06-03-2005

A voir également :

http://www.expandingrecords.com

?>