.:.Chronique.:.

Pochette

Bibio

Fi

[Mush::2004]

Recommandé au label Mush par Marcus Eoin du groupe Boards of Canada, le premier album de Stephen Wlilkinson, Fi, s’impose comme un grand projet sonore, usant à merveille de la distorsion et de la saturation

Influencé aussi bien par des groupes comme My Bloody Valentine ou Tortoise que par la production du label Warp, Bibio parvient à affirmer son propre style et à libérer tout le pouvoir émotionnel des compositions lo-fi. Ses boucles de guitares truffées d’effets et inspirées par l’ambiant des années 70 révèlent une incroyable profondeur. On peut retrouver par moment des sonorités proches de celles de Boards of Canada, mais Bibio trouve l’équilibre de ses morceaux ailleurs et semble miser davantage sur une écriture simple, directe où seule la mélodie porte le morceau. On ne remarque ainsi presque aucune boîte à rythme sur l’ensemble de l’album. Les boucles se suffisent à elles-mêmes et de leur répétition se dégage toute leur sensibilité.

Ce premier album de Bibio sonne comme une véritable révélation. Ce jeune compositeur a su mettre sur pied un projet, mais au-delà de ça, un ton, qui lui est bien propre.

note : 8.5

par louis, chronique publiée le 23-02-2005

?>