.:.Chronique.:.

Pochette

Low

The Great Destroyer

[Sub Pop::2005]

|01 Monkey|02 California|03 Everybody's Song|04 Silver Rider|05 Just Stand Back|06 On The Edge Of|07 Cue The Strings|08 Step|09 When I Go Deaf|10 Broadwau(So Many People)|11 Pissing|12 Death Of A Salesman|13 Walk Into The Sea|

Low est-il un groupe culte ? Le trio américain possède une identité musicale forte et la faculté d'inspirer des impressions bien tranchées à qui voudra bien fourrer ses oreilles dans leur discogaphie. Les convaincus auront donc tendance alors à louer irrésistiblement ce groupe atypique dont les maîtres mots sont dépouillement et recueillement. Outre par sa singularité, Low hypnotise par la religiosité, la profondeur messianique et la pureté virginale et de sa musique : une guitare, une basse, une caisse claire, voilà tout ce qu'on trouve habituellement chez Low, sans oublier le chant inoubliable d'Alan Sparhawk et de Mimi Parker. Car Low est avant tout un groupe de voix.

En 2002, un certain nombre de fidèles avaient sûrement émis quelques inquiétudes quant aux orientations artistiques du groupe à l'écoute de l'épique "Canada". La vierge serait-elle sur le point de sauter le pas ? Aurait-elle succombé à la Tentation de faire de la musique Populaire ? Ces craintes se concrétisent sur ce Great Destroyer. Comme Blonde Redhead ou plus récemment Mercury Rev, Low tente donc une réforme de son Eglise des sols à la charpente, au risque de tout voir s'écrouler.

Pour les fidèles de la première heure, ce doit être une expérience douloureuse, voire blasphématoire d'ainsi voir Low troquer sa soutane austère contre les habits profanes du rock'n'roll, de renoncer à sa tension subtile pour une puissance honteusement impudique. Low ne somatise plus, il explose dans un déferlement de guitares converties à la saturation. Le son produit par Fridmann est incisif, aux antipodes de l'atmosphère lourde et cotonneuse de Trust. Si plusieurs titres paraissent indignes de la majesté naturelle de Low, tels "Just Stand Back", ou l'ignoble "Step", d'autres mettront tout le monde d'accord, les anciens fans comme les nouveaux, car tout est là: en écoutant "Pissing", on prend conscience que cette violence aujourd'hui étalée sur The Great Destroyer, a toujours été présente chez Low, mais contrôlée et distillée sans faire de vagues.

Je l'ai déjà dit, Low est un groupe de voix. Et c'est peut-être à cause de la formidable performance vocale d'Alan et Mimi ("Monkey", "Silver Rider") que Low trouvera grâce aux yeux de leurs fans. Pour les autres, The Great Destroyer est l'occasion rêvée d'ouvrir les Trust et Long Division qui traînent au fond de la sacristie, afin de saisir toutes les facettes de ce culte non pas voué à l'extinction mais à une plus forte reconnaissance.

note : 7.5

par yves, chronique publiée le 18-02-2005

A voir également :

www.chairkickers.com

.:.L'avis des autres rédacteurs.:.

jean marc : avis du rédacteur
Fabien : avis du rédacteur

?>