.:.Chronique.:.

Pochette

Motenai

My Wedding Alone

[Effervescence::2003]

|01 Bernard And Julie|02 Dans Quel Pied J'Ai Mis L'Univers|03 Il Pleut Du Soleil|04 Joe Parking|05 Mric Is Right|06 Bienheureux|07 Cloche Sunny|08 My Wedding Alone|09 Pour Vincent|10 PLease Rock Me|11 She's A Boy|12 Abstract Kids|13 He's A Girl|14 Bouleau|15 Toky U Failer|16 Someday My Rabbit Will Paint|17 Try To Smile When You're Happy|18 Tim Is Right|

On a souvent dit que le rock en France n’avait pas encore finit d’avoir des complexes par rapport à leurs homologues anglo-saxons. C’est malheureusement vrai et les copies maladroites piquées de clichés grotesques ont fleuri dans l’hexagone pendant des décennies. Autant dire que nous ne sommes pas près de nous en remettre. Pourtant si il y a un style où on joue à armes égales c’est bien dans la musique électronique. Personne n’osera vous regarder de haut si vous venez de France, bien au contraire. Ainsi des types comme Baptiste Lebreton ont les mains complètement libres pour créer une musique qui leur ressemble. « My Wedding Alone », premier disque organique, distille une électronica bricolée qui possède un charme réel. Seul avec son ordinateur B.Lebreton se présente comme un artisan de la cause électronique. On ne sera certes pas pris de vertiges à l’écoute de ce disque mais cet univers intimiste se suffit à lui même et regorge de bonnes intentions. Dans ce bric-à-brac inventif notre homme manie avec dextérité les possibilités que lui offre sa machine. L’ensemble peut paraître bien naïf mais c’est bien là que réside tout l’intérêt du disque.

Pour une entrée en matière B.Lebreton aura su faire les choses avec tact et une maturité peu commune. On a quasiment l’impression d’avoir à faire avec un vieux routier, un gars à qui on ne la fait pas. Motenai maîtrise son sujet en apportant une fragilité tout à fait touchante. Dans ce tout synthétique il en ressort une humanité qui se distingue de beaucoup de disques de musique électronique. C’est d’ailleurs souvent le reproche que l’on fait : une musique qui n’a pas d’âme. Préjugé facile et réducteur. « My Wedding Alone » est tout sauf un album sans profondeur. Et quand bien même il n’a rien de révolutionnaire ce disque demeure d’une grande classe digne de n’importe quelle signature Warp. Une petite bouffée d’air pur.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 14-02-2005

A voir également :

http://www.motenai.fr.st

http://www.collectif-effervescence.fr.st

?>