.:.Chronique.:.

Pochette

Finesse & Runway

s/t

[Schematic/Venus Works::2005]

|01 Sweaty Beats|02 New Materials|03 Contraption Straption|04 Redwood|05 Out Of Phase 1|06 Smash Your Mirror|07 Steam N' Suds|08 Disco Rash|09 Poseur|10 Shallow Tunnels|

Il y a des gens obstinés sur cette terre. Alors que l’électro-clash commence sérieusement à battre de l’aile il y a encore quelques personnes comme Dino Felipe et Melba Payes pour sortir des disques comme celui-ci qui pourrait bien être celui de l’overdose. Si une bonne part d’albums de cette vague revival étaient pour le moins anecdotiques, il y en avaient certains qui savaient être bien savoureux. Ce disque de Finesse & Runway pourrait bien faire parti de cette dernière catégorie. Dino Felipe avoue beaucoup aimer des groupes comme KMFDM ou Kraftwerk avec des détours vers Madonna ou Old Dirty Bastard. Il a bien mit au service de sa musique ses influences. Tout est fait pour que cela sonne 80’s et à la limite du vintage. Alors évidemment si vous n’avez écouté que cela ces deux dernières années ce disque risque de vous donner une petite indigestion. Pourtant cet album a toutes les qualités du monde. C’est souvent intelligent, les compositions sont enthousiasmantes et la production irréprochable. Finesse & Runaway surpasse de loin la plupart des choses qui ont été faites en la matière.

La plupart du temps les disques d’électro-clash ont un petit côté ludique rigolo qui ne se prend pas trop au sérieux. Finesse & Runway, eux, sont plus dans une tendance plus radicale, plus robotique mais qui n’est pas moins irrespectueuse que celle de ses coreligionnaires. Comme souvent ce sont de faux sérieux qui avec cet autoritarisme de façade se projettent dans un monde où le tout synthétique et les rythmes mécaniques sont rois. Le duo pousse cette logique le plus loin possible. Du moins autant que faire se peut. La musique des deux compères est suffisamment communicative pour que l’on se prête au jeu. Plus 80’s que Finesse & Runway tu meurs ! A croire que le genre n’est pas près de mourir à moins que cela ne soit l’un des derniers sursaut d’orgueil d’un micro mouvement qui n’a eu d’intérêt que son côté nostalgique et sa hype.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 29-01-2005

A voir également :

http://www.schematic.net

http://www.asphodel.com

?>